Controverse sur Twitter : Legault expulse un candidat

Les propos tenus samedi sur Twitter par un candidat de la Coalition avenir Québec (CAQ) lui ont coûté cher.

Dimanche, le chef de la CAQ, François Legault, a retiré à Kamal G. Lutfi, qui était candidat dans la circonscription de Chomedey, à Laval, le droit de représenter son parti à la prochaine élection.

Samedi, dans une enfilade d'environ 35 tweets truffés de fautes d'orthographe, le candidat de la CAQ a accusé les souverainistes de vouloir « abolir le multiculturalisme » et d'être indifférents, voire haineux, envers les autres cultures.

« [est-ce que] si Qc est independant on va fermer les frontieres sur le Canada et le reste du monde », s'interroge M. Lutfi. Ou encore : « vous nous acceptez pas maintenant. Alors imaginons plutard [sic]. Je pense vous retourneriez au communisme », dit-il des souverainistes. Et de poursuivre : « les mots maudit immigrant sonnent a tous les jours. En plus vous ne vous aimez par entre vous en partsnt [sic]. »

Kamal G. Lutfi relate également avoir subi des épisodes de racisme au travail. « [...] j'ai travaille ches [sic] Desjardins et pour la premiere fois de ma vie je me sentais NOIR = racisme des separatistes », écrit-il.

François Legault a publié un communiqué dimanche matin pour annoncer sa décision de retirer le candidat de Chomedey. Le chef de la CAQ a déclaré à Radio-Canada qu'« on ne peut pas traiter ses adversaires de racistes ».

« Je ne tolérerai pas ce genre propos, a expliqué M. Legault. Comme chef de parti, [...] je souhaite qu'on respecte nos adversaires et qu'on ait un débat serein. D'autant plus que la Coalition veut rassembler des fédéralistes et des souverainistes pour mettre de côté cette chicane constitutionnelle [...] et relancer le Québec. »

« Je lui ai donc retiré le droit de porter nos couleurs lors de la prochaine campagne électorale et j'offre mes excuses les plus sincères à celles et ceux que ses propos ont pu offenser », a ajouté M. Legault dans son communiqué.

Médias sociaux

En remerciant immédiatement M. Lutfi, le chef de la CAQ lance un message aux autres candidats. « Je respecte le droit de parole de nos candidats », a-t-il assuré à Radio-Canada. « Mais ils doivent aussi respecter les orientations puis les valeurs du parti. »

« Je suis sur les médias sociaux, rappelle M. Legault. [...] Ça présente des risques, mais on pense qu'il y a plus d'avantages que de risques [à] discuter en direct avec la population. »

La « sortie » de M. Lutfi sur Twitter ne remet pas en cause l'utilisation des médias sociaux. Le chef de la Coalition a indiqué que son parti y aurait beaucoup recours durant la prochaine campagne. « C'est une plateforme qui rejoint une certaine partie de la population, entre autres les jeunes, analyse M. Legault. C'est important, si on veut avoir un vrai débat, de rejoindre le maximum de personnes. Donc on va continuer d'utiliser beaucoup les médias sociaux. »

M. Legault a affirmé que la CAQ aura 125 candidats lors de la prochaine élection.

Radio-Canada.ca avec PC