Sports - JO : les taekwondoïstes ont eu l'appui de leurs proches

Les proches de deux taekwondoïstes de la région de Québec se sont réunis vendredi à l'école Les Compagnons-de-Cartier pour assister aux compétitions en direct des Jeux olympiques de Londres.

Environ une centaine de personnes étaient réunies à l'école secondaire pour encourager Karine Sergerie et Sébastien Michaud, deux athlètes de la région. Certaines sont arrivées vers 3 h 30 pour voir les combats des athlètes, qui ont commencé à 4 h. Trois écrans géants avaient été installés pour diffuser les compétitions de taekwondo dans l'auditorium de l'école Les Compagnons-de-Cartier.

« De le vivre ici en gang avec tous les gens qui aiment ce sport-là, qui connaissent l'équipe de près, de voir sur grand écran, c'est sûr que ça créé une ambiance. On a l'impression, un peu, d'y être, et c'est le fun de les supporter comme ça », a indiqué Annie-Pier Turcotte, une athlète qui s'entraîne avec Karine Sergerie et Sébastien Michaud.

Sébastien Michaud a perdu son premier combat par la marque de 8-4, son combat préliminaire chez les moins de 80 kg en ouverture du tournoi. « J'ai fait quelques petites erreurs tactiques. Je ne pensais pas que son pied allait m'atteindre la première fois et ça m'a surpris. Je suis déçu du résultat, mais les erreurs que j'ai commises se travaillent. C'est la vie », a philosophé le Québécois de 25 ans.

Finalement, le taekwondoïste n'est pas passé au repêchage puisque son tombeur, Arman Yeremyan, a perdu son combat en demi-finale.

Karine Sergerie a connu le même sort. Elle a perdu en quart de finale contre la Slovène Franka Anic chez les moins de 67 kg, et cette dernière a ensuite perdu en demi-finale.