Euro 2012 : Des vedettes, en veux-tu? En voilà!

Même si le football est un sport collectif, certaines individualités se font davantage remarquer que les autres. Je vous offre donc ici une liste, très loin d’être exhaustive, des joueurs à suivre durant cet Euro.

Xavi et Iniesta (Espagne) - Getty Images

Certaines équipes se composent d’une myriade de stars et il faudrait y citer presque tout le monde. C’est par exemple le cas de l’Espagne, qui dispose de grands joueurs dans toutes les lignes. S’il sera probablement moins sollicité que plusieurs de ses confrères, le gardien Casillas n’en émarge pas moins à la crème de la crème. Le côté droit de sa défense, avec Pique (axe) et Ramos (aile) présente des lettres de noblesse. Mais ses vedettes sont en milieu de terrain, avec le duo Xavi - Iniesta, garant de son jeu à la Barcelonaise. Pour cette compétition, il faut ajouter Silva, dont l’apport offensif pourrait être prépondérant en l’absence de Villa. Devant, Torres est presque un maillon faible, sous la menace de Llorente.

À VOIR | Les joueurs à surveiller...

On peut en dire tout autant de l’Allemagne, avec le solide gardien Neuer, le capitaine et arrière gauche Lahm, principales figures défensives. Le milieu est un amoncellement de vedettes. Schweinsteiger, le joueur le plus charismatique de la Mannschaft, sera à la récupération. Özil, devenu titulaire au Real Madrid, est un candidat sérieux au titre de meilleur joueur du tournoi. La force de frappe est phénoménale, avec Müller, qui a ébloui tout le monde à la Coupe du monde 2010, Gomez, qui a enfin trouvé son rythme dans les rencontres de haut niveau, sans oublier Klose et Podolski, sans cesse annoncés sur le déclin mais qui répondent toujours présent en équipe nationale.

Seuls les Pays-Bas offrent autant de talent à l’attaque. Van Persie, meilleur buteur du championnat d’Angleterre, et Huntelaar, auteur de la même prouesse en Bundesliga, sont en concurrence pour une seule place dans le onze néerlandais. L’un des deux pourrait être sur le banc aux côtés de Van der Vaart. Sur le terrain, Robben fait figure d’incontournable. Et Van Bommel sera là pour s’assurer que le ballon aille le moins souvent embêter la défense.

À LIRE | Qui pourra faire tomber l'Espagne?

L’Italie sera un mélange d’expérience et de fougue. La première sera assurée par le gardien Buffon et le régisseur Pirlo. La seconde viendra principalement de Balotelli (qui a demandé à ce que le nom Barwuah figure sur son maillot) et de Cassano, qui ont tous deux encore plus de tempérament que de talent. La France, qui manque cruellement d’expérience, comptera sur la créativité de Ribéry et la productivité de Benzema, eux aussi réputés pour leur caractère bien trempé, mais également sur les qualités de son gardien Lloris.

De nombreux portiers de très haut niveau sont à cet Euro. Outre ceux déjà cités, il y a évidemment Cech, qui vient de remporter la Ligue des champions avec Chelsea, mais aussi le Russe Akinfeev, qui a souvent sauvé son équipe au cours des éliminatoires mais pourrait manquer le début du tournoi en raison d’une blessure. Chez les Russes, on surveillera également Arshavin, qui avait fait forte impression lors de l’Euro 2008.

Plusieurs valeurs sûres pourraient, en fonction de leurs prestations individuelles, déterminer le destin de leur équipe. On pense par exemple à Cristiano Ronaldo, un des meilleurs joueurs du monde qui aimerait s’approcher avec le Portugal des sommets qu’il atteint avec le Real Madrid. Ibrahimovic, qui respire la forme, a pris une nouvelle envergure avec la Suède : plus seulement buteur, il est devenu passeur et assume davantage de responsabilités dans l’équipe. À 35 ans et devant son public, Shevchenko a une dernière occasion de réaliser un grand tournoi avec l’Ukraine.

Ah oui, et l’Angleterre a Rooney. Mais il est suspendu pour les deux premières rencontres. Alors, on surveillera davantage les défenseurs Terry et Cole, qui devront fermer la porte devant un gardien jamais à l’abri d’une bourde…

L’attention suscitée par l’Irlandais Keane et le Suédois Wilhelmsson vient du fait qu’ils sont les deux seuls membres de clubs non-européens. Je suis curieux de voir à l’œuvre le Croate Eduardo, qui disputera son premier tournoi international après avoir été grièvement blessé avant l’Euro 2008. Cette compétition sera aussi l’occasion de découvrir plusieurs joueurs que nous sommes moins habitués à suivre. Parmi eux, Robert Lewandowski, le buteur polonais du Borussia Dortmund, mais également Christian Eriksen, meneur de jeu danois de l’Ajax qui, à 20 ans à peine, est déjà souvent comparé à Michael Laudrup et pourrait faire figure de révélation du tournoi.


Suivez Matthias Van Halst et Yahoo! Québec sur Twitter!