Euro - Analyse : Quel pays obtient la meilleure note?

C’est le dernier vendredi de juin et quand j’allais à l’école, c’était le traditionnel jour de remise des bulletins. J’en profite donc pour noter les participants à cet Euro 2012…

Getty Images


Italie (9/10)
: Personne ne l’attendait en finale et malgré seulement deux victoires sur 5 après 90 minutes, elle a montré qu’elle pouvait produire du bon jeu. Un groupe soudé qui a pu compter sur Buffon, Pirlo, Cassano et Balotelli.

Espagne (9/10)
: Mis à part contre l’Irlande, elle gagne sans donner la même impression qu’en 2008 et 2010. Mais son style de jeu est très difficile à appliquer et même sans attaquant, l’Espagne parvient à être réaliste.

Portugal (8,5/10)
: Ma bonne surprise de cet Euro. On connaissait les qualités individuelles de ses attaquants, on a découvert un bloc défensif solide et une formation tactiquement mûre qui a poussé l’Espagne dans ses derniers retranchements.

Allemagne (7,5/10) : La machine de la dernière Coupe du monde a parfois été rouillée, notamment en raison des décisions de Joachim Löw. Cela n’empêche pas cette jeune génération douée d’offrir du très bon jeu.

Croatie (7/10) : Il y avait deux places pour trois dans le groupe C… et elles sont revenues aux deux futurs finalistes. Mais la Croatie a tenu tête tant à l’Italie qu’à l’Espagne grâce à sa technique, sa circulation de balle et sa capacité à jouer vite.

République Tchèque (6/10) : Après un départ pour le moins manqué, l’équipe a appris de ses erreurs et c’est ce qui lui a valu de franchir le premier tour. N’était pas de taille pour mettre le Portugal en difficulté.

Danemark (6/10) : Il était là pour apprendre, et a donné la leçon aux Pays-Bas. Trop tendre pour l’Allemagne et le Portugal, il aurait pu viser les quarts de finale si le tirage au sort avait été plus clément.

Grèce (5,5/10)
: Équipe faible qui a su saisir les occasions qui lui étaient présentées et dont l’entraîneur sait résoudre les problèmes de jeu posés par l’adversaire. Taillée en pièce par l’Allemagne, peut s’estimer heureuse d’avoir atteint les quarts de finale.

France (5/10)
: La moyenne car elle a franchi le premier tour. Bonne contre l’Ukraine, elle n’a rien montré lors des autres rencontres. Des gars trop sûrs d’eux qui flanchent sous la pression…

Angleterre (5/10) : Même remarque que pour la France. Des Anglais qui jouent le trouillomètre à zéro avec pour seuls atouts Gerrard et la vitesse de leurs attaquants, c’est indigne d’eux.

Russie (5/10) : On peut comprendre les deux points perdus contre la Pologne, pays hôte et rival. Après sa démonstration au premier match, son laxisme contre la Grèce a payé cher. Confirme qu’elle est capable du meilleur comme du pire…

Suède (4,5/10) : Intrinsèquement, elle vaut beaucoup mieux que cela. Si elle avait commencé à jouer sérieusement et offensivement dès le départ, et si Ibrahimovic avait été mieux inspiré collectivement, elle aurait franchi un tour.

Pologne (4,5/10) : Un pays hôte qui ne passe pas le premier tour ne mérite pas la moyenne. Les vedettes de Dortmund n’ont pas su tout faire dans une équipe enthousiaste mais manquant d’énergie et d’opportunisme.

Ukraine (4/10)
: Même remarque que pour la Pologne. En outre, Shevchenko ne peut pas porter l’attaque à lui seul et le jeu ukrainien a généralement été trop prévisible. Était prête pour son premier match, pas pour son tournoi.

Irlande (2/10)
: Dans un groupe difficile, elle a été très décevante, et inhabituellement faible dans le jeu aérien. Sur le terrain, elle n’avait que sa volonté à offrir. En dehors, heureusement, il y avait ses extraordinaires supporters.

Pays-Bas (0/10) : La pire note pour le favori qui a présenté une défense poreuse et un jeu offensif improductif. Avec zéro point en phase de groupe, les Néerlandais méritent le zéro pointé pour l’ensemble de leur œuvre.