Santé - Ottawa passe l'éponge sur une partie des dettes étudiantes des médecins en région rurale

À compter du printemps 2013, les médecins de famille et les infirmières ayant pratiqué dans des collectivités rurales depuis le 1er avril dernier auront droit à une exonération du remboursement d'une partie de leurs prêts d'études canadiens.

Les médecins de famille et les résidents en médecine familiale auront droit à l'exonération pour une valeur maximale de 8000 $ par année pendant cinq ans, jusqu'à concurrence de 40 000 $.

Quant aux infirmières, infirmières-praticiennes et au personnel infirmier, ils auront droit à l'exonération pour une valeur maximale de 4000 $ par année pendant cinq ans, jusqu'à concurrence de 20 000 $.

En compagnie de la ministre de la Santé, Leona Aglukkaq, la Dre Kellie Leitch, secrétaire parlementaire de la ministre fédérale Diane Finley, a annoncé vendredi à l'Université du Manitoba que le fédéral débloquait neuf millions de dollars à l'échelle nationale pour financer cette mesure.

Les collectivités rurales doivent être désignées comme telles par le gouvernement fédéral et la mesure ne concerne que le Programme canadien de prêts aux étudiants (PCPE).

La mesure annoncée vendredi ne s'appliquera pas au Québec puisque cette province, les Territoires du Nord-Ouest et le Nunavut n'ont pas adhéré au PCPE.

Le PCPE offre une aide financière aux étudiants en partenariat avec neuf provinces et le Yukon. Ottawa rappelle que le Québec, les Territoires du Nord-Ouest et le Nunavut administrent leurs propres programmes.

La mesure reprise du budget 2011

Le Parti conservateur au pouvoir remplit la promesse qu'il avait faite en campagne électorale en mai 2011, elle-même reprise du budget Flaherty, dont le rejet en tant que motion de confiance avait mené aux élections.

À l'époque, la mesure avait été critiquée par une professeure de sciences infirmières de l'Université de la Colombie-Britannique, Maura MacPhee. Cette dernière soutenait que l'envoi en régions rurales de professionnels de la santé fraîchement sortis de l'école constituait un risque pour la santé publique.

En mars, un médecin de la ville manitobaine de Brandon, le Dr Derry Decter, avait pour sa part affirmé que la mesure contenue dans le budget Flaherty et reprise intégralement aujourd'hui était davantage une solution « ad hoc » que permanente. Selon lui, il était toujours difficile de convaincre les médecins de demeurer dans les zones rurales.

Aide financière au Manitoba

Le Programme d'aide financière aux étudiants et résidents en médecine de la province (PAFERM) offre 25 000 $ aux étudiants en médecine de 3e et de 4e année, en échange de quoi ils devront rendre une année de service dans une communauté rurale ou dans une éloignée du nord de la province. Une aide de 50 000 $ est même offerte aux médecins résidents du programme particulier Family Medicine Northern Remote Residency Stream, offert à l'Université du Manitoba.