Ressources naturelles - Harper ne discutera pas des revenus du projet Northern Gateway

De passage à Vancouver mardi, Stephen Harper a évité de faire des commentaires sur la discorde entre la Colombie-Britannique et l'Alberta au sujet de Northern Gateway, se contentant de dire que le projet de pipeline faisait l'objet d'une évaluation environnementale indépendante.

Ce sera la science, et non la politique, qui décidera du sort du controversé projet d'oléoduc Northern Gateway, a soutenu le premier ministre.

Il a cependant ajouté que l'oléoduc était d'intérêt vital pour le Canada et la Colombie-Britannique, car il s'agit là d'une voie d'accès vers les marchés asiatiques.

Il a également affirmé avoir discuté de la question avec la première ministre de la Colombie-Britannique, Christy Clark, mais n'a pas voulu dévoiler les propos qu'ils avaient échangés.

Stephen Harper a toutefois déclaré qu'il ne participera pas à des discussions sur la division de revenus « hypothétiques » du projet d'oléoduc de la compagnie Enbridge.

Il y a deux semaines, Christy Clark a imposé cinq conditions à Enbridge si cette dernière veut obtenir l'aval de sa province pour le projet Northern Gateway.

La première ministre britanno-colombienne a entre autres exigé une part plus importante des revenus du projet et de meilleures garanties environnementales.

Même si Stephen Harper a rappelé vendredi que le fédéral ne choisit pas les projets de ce type, il a également déclaré que son gouvernement prévoyait investir afin de fournir la surveillance du projet et de réduire les risques environnementaux liés à d'éventuelles fuites de pétrole.

Radio-Canada.ca avec PC