Ressources naturelles - L'Église unie du Canada pourrait se prononcer sur le projet Northern Gateway

Les délégués de l'Église unie du Canada débattront du projet de pipeline Northern Gateway lors de la réunion du conseil général qui a lieu du 11 au 18 août prochains à Ottawa.

Ce projet de la compagnie Enbridge vise à construire un oléoduc pour transporter le pétrole entre les sables bitumineux de l'Alberta et le port de Kitimat en Colombie-Britannique.

Une résolution appelant l'Église à s'opposer à ce projet a été présentée au conseil général.

La résolution a été rédigée par des membres de l'Église qui appuient les Premières Nations de la Colombie-Britannique.

La majorité des Autochtones de cette province s'inquiètent qu'une fuite de pétrole empoissonne les eaux et les terres de la province.

La résolution indique que le résultat du vote des délégués de l'Église Unie du Canada doit être envoyé aux gouvernements du Canada, de la Colombie-Britannique, du Yukon, ainsi qu'aux médias.

La modératrice de l'Église unie du Canada, Mardi Tindal, note que prendre soin de la Terre est une part importante de sa foi et que l'Église ne peut pas avoir peur de se prononcer au sujet du pipeline uniquement parce que c'est un projet controversé.

« L'Église a la responsabilité de contribuer aux discussions qui peuvent mener à des décisions qui ont un impact sur l'intérêt commun », a-t-elle ajouté.

L'Église unie n'est pas seule à se prononcer

L'Église unie du Canada n'est pas la seule à s'intéresser à la question. Plus tôt cette année, les évêques anglicans de la Colombie-Britannique et du Yukon ont mis en doute l'intégrité du processus de révision environnemental du projet de pipeline Northern Gateway.

Le diocèse de New Westminster de l'Église anglicane du Canada s'est prononcé contre le projet et tente d'exclure les actions de la compagnie Enbridge de son portefeuille d'investissements.

D'autre part, un groupe qui représente 28 églises presbytériennes de la vallée du Fraser a écrit une lettre au premier ministre Stephen Harper, accusant le gouvernement d'affaiblir les révisions environnementales et de diaboliser ceux qui s'y opposent en les qualifiant de radicaux qui sabotent l'économie canadienne.

Radio-Canada.ca avec PC