politique - Rassemblement des jeunes libéraux : Victoriaville se prépare à toute éventualité

Victoriaville se prépare au cas où il y aurait des manifestations, samedi, en marge du rassemblement de la Commission jeunesse du Parti libéral du Québec.

Quelques centaines de jeunes libéraux sont attendus à cette rencontre, mais des manifestants promettent de se faire entendre.

Un groupe, qui organise ce qu'il appelle l'Opération Terre brûlée, dénonce les politiques du gouvernement Charest et du Parti libéral. Il invite ses sympathisants à manifester devant le centre des congrès, où il y avait eu émeute au début du mois de mai lors du conseil général du Parti libéral.

Les jeunes libéraux devaient se réunir pendant deux jours, samedi et dimanche, pour leur congrès annuel, mais la campagne électorale a modifié leur plan et le congrès a été reporté à l'automne, C'est donc un rassemblement d'une seule journée qui se tiendra samedi.

« On s'attendait à ce qu'il y ait des manifestations ce jour-là. Pour nous ce n'est pas une surprise. On a pris connaissance des groupes sur Facebook, entre autres l'Opération Terre brûlée. On a eu des discussions avec les autorités policières et la Municipalité pour qu'elles soient prêtes », a déclaré le président de la Commission jeunesse du Parti libéral du Québec, Kevin-Alexandre Lavoie.

Le maire de Victoriaville, Alain Rayes, garde espoir que la manifestation sera plus calme que celle du mois de mai. « On s'attend à ce qu'il y ait beaucoup moins de monde. S'il y a moins de monde, le travail des policiers sera facilité. Toutes les mesures seront mises en place et on sera prêts à intervenir si nécessaire. On souhaite que les gens qui veulent manifester puissent le faire de façon pacifique et sécuritaire. »

Pour sa part le député sortant et candidat libéral d'Arthabaska, Claude Bachand, invite les manifestants à faire preuve de retenue. « Tous ceux qui veulent venir à Victoriaville sont toujours les bienvenus, mais quand tu es invité quelque part, tu dois respecter les valeurs qui habitent chacune des personnes qui sont là. On s'attend à ce que les gens qui viennent chez nous se conduisent comme il faut. Les débordements, on est mal à l'aise avec ça. Donc ceux qui veulent venir faire du grabuge chez nous, je leur lance un message : on aime mieux que vous ne veniez pas chez nous. »