Est-il juste qu'Oscar Pistorius participe aux JO?

Oscar Pistorius, d'Afrique du Sud. (Michael Steele/Getty Images)Pour la première fois, à Londres, les Jeux olympiques vont accueillir un athlète handisport. Le Sud-Africain Oscar Pistorius est amputé des deux jambes depuis qu'il a onze mois mais, grâce à des prothèses flexibles, c'est un spécialiste du sprint qui a obtenu des temps lui permettant d'être retenu dans l'équipe de son pays pour les 4x400 mètres des JO de Londres.

Si beaucoup se félicitent de cette avancée et saluent la performence du sportif, d'autres estiment que cette décision va à l'encontre du fondement même de la tradition olympique: l'égalité des chances.

Mick Hume, journaliste à Spiked-online, est l'un d'eux. D'après lui, il n'est pas équitable que Pistorius participe. Pour lui, cette autorisation «est une violation grave du véritable esprit du sport de compétition, qui dit que chaque concurrent doit avoir la même chance de gagner».

Il s'appuie sur une expertise scientifique du département des sports à la Sheffield Hallam University, publiée dans le magazine Ingenia en 2011. Le Docteur David James, maître de conférence, observe que «les lames sont fabriquées en fibre de carbone et ont une masse inférieure aux muscles et aux os. Elles sont aussi élastiques et permettent au coureur de "rebondir" grâce à peu d'énergie».

Résultat? Pistorius, moins fatigué, pourrait être considérablement plus rapide lors de la seconde moitié d'une course de 400 mètres que ses adversaires.

Pour Mick Hume:

«Nous sommes confrontés à une situation extraordinaire où un athlète handicapé peut réellement avoir un avantage sur les autres athlètes.»
Pour The Guardian, il est difficile de juger si cette décision est juste ou non. Mais le plus important reste le message d'espoir extraordinaire qu'envoie l'athlète aux personnes handicapées. Le Britannique Adrian Adepitan, joueur de basket en fauteuil roulant conclut:

«Oscar inspire les personnes amputées à travers le monde en disant "regardez, vous pouvez (...) Lire la suite sur Slate.fr

Olympiques; olympiades; les anneaux olympiques; Plus vite, plus haut, plus fort; Citius, Altius, Fortius ainsi que les marques et mascottes afférentes sont la propriété du Comité international olympique, du Comité organisateur des Jeux olympiques et paralympiques de Sotchi ou d’organisations qui leur sont apparentées. Aucune de ces entités n’est liée au présent site ni ne l’a approuvé.