1992: Le retour spectaculaire de Silken Laumann après une terrible blessure à la jambe

Silken Laumann montre fièrement sa médaille de bronze à Barcelone en 1992. (La Presse Canadienne)En général, les médailles de bronze s'inscrivent rarement dans les moments les plus mémorables des Jeux olympiques. Dans le cas de Silken Laumann, c'est pourtant ce qu'il s'est produit à Barcelone en 1992.

Dix semaines avant les Jeux, un aviron heurte celui de Silken Laumann durant un entraînement, lui fracturant le péroné et déchirant une partie de sa musculature. Après cinq chirurgies et une convalescence épuisante, elle parvient à décrocher la médaille de bronze à l'épreuve à un rameur en couple. Son exploit a inspiré toute la nation et lui a valu d'être nommée porte-drapeau du Canada pour la cérémonie de clôture. La performance olympique de Silken Laumann en 1992 demeure l'un des parcours les plus remarquables dans l'histoire du sport canadien. Elle prouve que le chemin vers le podium est parfois plus important que le résultat final.

Silken Laumann était déjà une athlète de haut niveau bien avant son accident. Elle remporte tout d'abord une médaille de bronze à l'épreuve à deux rameurs en couple lors des Jeux de 1984 à Los Angeles, avec sa sœur Daniele. À Séoul, en 1988, elle arrive septième à l'épreuve à deux rameurs en couple. Elle rafle ensuite la médaille d'argent aux championnats du monde à l'épreuve à un rameur en couple en 1990, puis l'or en 1991. Tout espoir de médaille semble cependant s'évanouir le 15 mai, lorsque l'embarcation des Allemands Colin von Ettinghausen et Peter Hoeltzenbein heurte la coque de son aviron durant une course d'échauffement à Essen. Le choc loge 200 éclats de bois dans sa jambe et broie sa musculature jusqu'à l'os. Silken Laumann a ultérieurement déclaré que sa toute première réaction n'a pas été de savoir si elle pourrait reprendre la compétition, mais si sa jambe allait être sauvée.

Silken Laumann, accompagnée de son médecin Richard Backus et de sa soeur Daniele Laumann Hart, le 9 juin 1992, …«Le bruit assourdissant, qui ressemblait à celui d'un accident de voiture, était en fait celui mon bateau qui se brisait. Je n'ai pas vraiment ressenti de douleur. J'ai regardé ma jambe et j'ai vu qu'elle était dans un état grave. La blessure était si profonde qu'on pouvait voir l'os. J'ai cru que je perdrais ma jambe.»

Peu après l'accident, l'athlète retrouve rapidement le goût de la compétition. Selon les médecins, on aurait cru «qu'un burin avait déchiqueté le bas de sa jambe, à partir du genou». Ces derniers ne pensaient pas qu'elle pourrait reprendre l'aviron, et encore moins participer aux Jeux de Barcelone qui se déroulaient dans quelques mois seulement. Cependant, Silken Laumann n'a pas abandonné. Alors qu'elle est transférée au centre de traumatologie par ambulance quelques heures après l'accident, elle déclare à John Wallace, son petit ami de l'époque et maintenant son mari: «Je ne veux pas manquer les Jeux Olympiques».

Mue par une détermination et une ténacité à toute épreuve, elle retourne dans sa yole en fauteuil roulant moins d'un mois après l'accident. Après une rééducation acharnée et un entraînement intensif, Silken Laumann participe aux Jeux de Barcelone et se qualifie pour la finale de l'épreuve féminine à un rameur en couple le 2 août, 78 jours seulement après son tragique accident.

(La Presse Canadienne/AOC)La participation à la finale aurait déjà été un admirable tour de force pour Silken Laumann, qui marchait encore à l'aide d'une canne durant les Jeux. Mais elle ne compte pas s'arrêter en si bon chemin. Le jour de la finale, elle n'a pas encore retrouvé son plus haut niveau et se trouve en quatrième position à 250 mètres de l'arrivée. Elle puise alors dans ses dernières forces et fait monter la cadence de 38 à 40 coups de pagaie par minute dans les 100 derniers mètres. Elle rattrape l'Américaine Anne Marden (médaillée d'argent 1988 de l'épreuve à un rameur en couple) juste avant la ligne d'arrivée, et gagne sa place sur le podium. Cet exploit, dont beaucoup se souviennent encore aujourd'hui, lui a gagné le cœur des Canadiens et des amateurs de sport du monde entier.

Après les Jeux, Silken Laumann remporte de nombreuses victoires. Elle prend d'abord une année de convalescence (au total, elle subira sept opérations dont elle garde toujours les cicatrices). En 1994, elle retourne sur l'eau et gagne une médaille d'argent aux championnats du monde de 1995. Elle fait également partie de l'équipe féminine canadienne qui a remporté l'or aux jeux panaméricains de 1995. Malheureusement, cette médaille est retirée après un test de dépistage positif en raison d'un cocktail médicamenteux.

Silken Laumann a fait un grand retour aux Jeux Olympiques d'Atlanta de 1996 où elle a raflé l'argent à l'épreuve à un rameur en couple. Depuis sa retraite du monde de la compétition en 1999, elle fait toujours figure de légende sur la scène sportive canadienne. Elle siège au conseil d'administration de Right To Play et défend des causes à travers le monde en tant que conférencière et auteure. Cet incroyable retour jusqu'à la médaille de bronze en 1992 est sans doute l'événement le plus marquant de ce cheminement. Il démontre que les Jeux Olympiques ne sont pas uniquement une compétition, mais l'occasion de célébrer le parcours de chacun des athlètes.

Olympiques; olympiades; les anneaux olympiques; Plus vite, plus haut, plus fort; Citius, Altius, Fortius ainsi que les marques et mascottes afférentes sont la propriété du Comité international olympique, du Comité organisateur des Jeux olympiques et paralympiques de Sotchi ou d’organisations qui leur sont apparentées. Aucune de ces entités n’est liée au présent site ni ne l’a approuvé.