1984: Les exploits du Canada à Los Angeles éclipsés par le boycott communiste

La plongeuse Sylvie Bernier lors des Jeux de Los Angeles en 1984. (La Presse Canadienne)En 1984, les athlètes canadiens se sont distingués par un palmarès exceptionnel aux Jeux d'été. Malheureusement, leurs exploits demeureront toujours éclipsés par le boycott de 14 pays du bloc de l'Est.

Le Canada n'égalera peut-être jamais les 44 médailles remportées aux Jeux d'été de Los Angeles. Bien que certaines victoires restent entachées par le boycott, d'autres comme celles des nageurs Alex Baumann et Victor Davis ou de la plongeuse Sylvie Bernier sont définitivement entrées dans l'Histoire.

«En mon for intérieur, je sais que le boycott n'a rien changé à la compétition, explique Sylvie Bernier, première Québécoise à remporter la médaille d'or au plongeon de 3 mètres. Il suffit de regarder mes résultats avant les Jeux. Les Russes et les Allemandes de l'Est se défendaient bien mais ne montaient pas nécessairement sur le podium.»

«Dans d'autres sports, il faut bien admettre que les résultats auraient sans doute été très différents. Mais je sais qu'au plongeon, ma performance m'aurait de toute manière valu la médaille.»

Alex Baumann a établi le nouveau record mondial aux 200 et 400 mètres nage libre. Victor Davis, décédé en novembre 1989 après avoir été renversé par une voiture, a également battu le record mondial au 200 mètres brasse et a remporté l'argent au 100 mètres brasse.

«Les Jeux de Los Angeles ont été l'apogée de ma carrière, a déclaré dans un courriel Alex Baumann, maintenant directeur de High Performance Sport New Zealand. Je n'oublierai jamais le moment où je suis monté sur le podium et où l'hymne canadien a retenti. Je rêvais éveillé.»

«L'histoire olympique est ponctuée de boycotts. Mais si vous gagnez une médaille, qui se souviendra du boycott 20 ans plus tard. Je m'étais fixé pour objectif de gagner et, accessoirement, de battre le record mondial. Je voulais prouver que j'étais le meilleur nageur du monde.»

La nageur Alex Baumann porte le drapeau du Canada lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux de Los Anheles. (La …L'équipe canadienne de Los Angeles comptait 436 athlètes (273 masculins, 163 féminins). Elle est revenue au pays avec 10 médailles d'or, 18 médailles d'argent et 16 médailles de bronze. Le Canada est monté sur le podium dans 14 sports différents et ses athlètes sont devenus champions olympiques dans six disciplines.

Le pays a remporté l'or grâce à des athlètes tels que Linda Thom au tir, Anne Ottenbrite en natation, Lori Fong en gymnastique rythmique, Larry Cain et le duo Alwyn Morris et Hugh Fisher en canoë-kayak et les huit membres de l'équipe d'aviron.

Parmi les médaillés d'argent, citons Carolyn Waldo en natation synchronisée, Willie de Wit et Shawn O’Sullivan en boxe et Curt Harnett et Steve Bauer en cyclisme. Sur la piste d'athlétisme, un jeune sprinter du nom de Ben Johnson décrochait la médaille de bronze au 100 mètres et au relais 4 fois 100 mètres.

D'après Alex Baumann, les brillantes performances canadiennes ont insufflé un élan de confiance dans tout le pays.

«Ces Jeux nous ont prouvé que nous étions capables de nous mesurer au monde entier, et d'aspirer à être les meilleurs, explique-t-il. Ces victoires ont considérablement marqué l'état d'esprit de la nation.»

Selon Bruce Kidd, professeur à la faculté de kinésiologie et d'éducation physique de l'Université de Toronto et ancien athlète olympique, les circonstances n'amoindrissent en rien les résultats.

«Ces athlètes étaient exceptionnels, explique Bruce Kidd, qui a participé aux Jeux de 1964. Il est vrai que nous n'aurions pas remporté 40 médailles si tous les pays avaient participé. Ceci dit, personne ne reproche aux joueurs de hockey nord-américains de ne participer qu'à la NHL. Il est temps d'estimer la performance de ces athlètes à leur juste valeur.»

Les Jeux de Los Angeles s'inscrivaient dans un contexte historique particulièrement tourmenté. Quatre ans auparavant, les É.-U., le Canada et d'autres nations occidentales avaient boycotté les Jeux de Moscou de 1980 pour protester contre l'invasion soviétique en Afghanistan.

«Beaucoup de sportifs ont éprouvé un sentiment de découragement après le boycott de 1980, concède Brit Townsend, qui a couru le 1 500 mètres à Los Angeles et entraîne maintenant des athlètes à l'Université Simon Fraser de Burnaby, en Colombie-Britannique. Certains ont abandonné la compétition.»

«Il n'était pas question de laisser s'écouler huit ans entre deux olympiades. Pour nous, le plus important était de donner l'exemple au reste du monde.»

En 1984, le mouvement olympique était en sérieuse perte de vitesse. Beaucoup de pays n'avaient aucune envie d'accueillir les Jeux, tout particulièrement après les coûts faramineux des Jeux de Montréal en 1976 et les dettes abyssales de Moscou après les Jeux de 1980. Los Angeles a accueilli les Jeux après le retrait de Téhéran, la seule autre ville volontaire.

Peter Ueberroth, ancien directeur du comité d'organisation des Jeux de Los Angeles, a été très impressionné par les stratégies de commandites employées à Montréal. Pour les Jeux de Los Angeles, le comité a présenté l'idée des commandites à 43 entreprises autorisées à vendre des produits olympiques officiels. Les Jeux ont ainsi généré des bénéfices de 225 millions de dollars.

Sur le front politique, l'Union soviétique, Cuba et l'Allemagne de l'Est ont refusé, parmi d'autres nations, de participer aux Jeux Los Angeles en réponse au boycott occidental à Moscou. Ces olympiades ont néanmoins attiré 140 pays, dont la Roumanie. La Chine a également participé.

«Je pense que les Jeux de Los Angeles ont été décisifs, selon Alex Baumann. Nous sommes parvenus à équilibrer l'aspect commercial et l'organisation d'un événement pour les athlètes. Cette approche s'est avérée déterminante pour le succès à long terme des Jeux Olympiques.»

Quelques moments forts des Jeux de 1984:

•    Mary Lou Retton a obtenu les notes maximales aux deux premiers événements et fut la première Américaine à remporter une médaille d'or individuelle en gymnastique.
•    L'américain Carl Lewis a remporté quatre médailles d'or, égalant ainsi la performance de Jesse Owens en 1936.
•    Certaines disciplines ont fait leur début aux Jeux Olympiques de Los Angeles, notamment le marathon féminin, la natation synchronisée, la planche à voile et la gymnastique rythmique.
•    Sebastian Coe, maintenant directeur du comité d'organisation des Jeux de Londres, a été le premier à décrocher des médailles d'or consécutives au 1 500 mètres.
•    Xu Haifeng a été le premier chinois à remporter le tir à 50 mètres.

Quelques moments moins glorieux:

•    Onze athlètes ont été éliminés suite à des contrôles antidopage.
•    McDonald’s avait organisé un événement promotionnel durant lequel les clients devaient gratter un billet pour révéler le nom d'un événement olympique. Si les É.-U. décrochaient la médaille, le titulaire du billet avait droit à un repas gratuit. Les É.-U. ayant remporté beaucoup plus de médailles que prévu en raison du boycott, la promotion a coûté une petite fortune à McDonald’s.
•    Zola Budd, une Sud-Africaine de 18 ans ayant reçu la citoyenneté britannique en raison de l'apartheid, a heurté de plein fouet l'Américaine Mary Decker-Slaney dans la finale du 3 000 mètres. Mary Decker-Slaney chute tandis que Zola Budd poursuit sa course.
•    En haltérophilie, 94 des 100 meilleurs athlètes au monde étaient absents en raison du boycott, ainsi que 29 des 30 médaillés des championnats du monde.

Olympiques; olympiades; les anneaux olympiques; Plus vite, plus haut, plus fort; Citius, Altius, Fortius ainsi que les marques et mascottes afférentes sont la propriété du Comité international olympique, du Comité organisateur des Jeux olympiques et paralympiques de Sotchi ou d’organisations qui leur sont apparentées. Aucune de ces entités n’est liée au présent site ni ne l’a approuvé.