Rod Davis rêvait de se joindre aux Alouettes!



Le secondeur Rod Davis a quitté temporairement l’écrasante chaleur qui pèse déjà sur le Mississippi dont il est originaire, pour venir participer à quelques activités promotionnelles à Montréal, pour les Alouettes avec qui il a signé cet hiver à titre de joueur autonome. Il ne cache pas qu’il aimerait y terminer sa carrière et tenter de participer à quelques conquêtes de la Coupe Grey.

« J’ai passé trois ans à Edmonton et les gens vous cassent les oreilles avec la tradition gagnante des Eskimos. Désolé, mais ils vivent dans le passé, ils vivent encore à l’époque de Warren Moon. L’équipe qui a la vraie tradition gagnante depuis que je suis la LCF, c’est Montréal. À Edmonton, lorsqu'on se présentait au camp d’entraînement, on se disait qu’on a une aussi bonne chance que les autres de gagner la Coupe Grey. À Montréal, ils se disent que s’ils ne la gagnent pas, ce sera une honte. C’est ça une équipe gagnante! »

Rod Davis (Radio-Canada)
C’est donc avec beaucoup d’enthousiasme que le sympathique vétéran (6’2, 240 lbs), aujourd’hui âgé de 31 ans, s’amène dans le nid des Z’Oiseaux. Quand l’offre des Alouettes lui a été soumise, il n’a pas hésité longtemps. L’ancien Alouette T.J. Hill, qui était son co-chambreur la saison dernière avec les Eskimos, lui avait déjà suffisamment vanté la grande qualité de l’organisation, mais aussi les beautés de Montréal pour qu’il se laisse convaincre.

« J’ai été agréablement surpris et flatté quand j’ai appris que Jim Popp et Marc Trestman me voulaient avec les Alouettes. J’ai déjà hâte de pouvoir apporter ma contribution. Cette équipe a beaucoup de talent et ça sera agréable de ne plus avoir à jouer contre Anthony Calvillo. C’est probablement le quart-arrière le plus frustrant dans cette ligue pour un joueur qui évolue sur le front défensif. Aussitôt que tu t'approches, que tu sens son haleine et que tu crois l’avoir à ta merci, neuf fois sur dix, tu réalises qu’il a déjà décoché sa passe avant que tu aies pu lui toucher. Je t’assure que pour un joueur défensif, c’est terriblement frustrant. Tu ne peux pas t’imaginer comment ce peut être démoralisant pour la défensive de jouer contre Anthony Calvillo! Tu en viens à douter de ta capacité de l’atteindre, il finit par jouer dans ta tête. »

Davis, qui a disputé une quarantaine de matches dans la NFL avec les Vikings du Minnesota et les Panthers de la Caroline avant de se joindre aux Eskimos, a connu sa meilleure saison en carrière dans la LCF en 2011 avec 79 plaqués défensifs, en quatorze matchs, un sommet chez les Eskimos. Il a aussi réussi cinq sacs du quart et une interception. Son plus grand atout dit-il, c'est son ardeur au travail et sa polyvalence. « J’aime me considérer comme un homme à tout faire. Je ne fais rien d’exceptionnel, mais je crois que je suis capable de tout faire assez bien. Si on me demande d’être un leader qui parle dans le vestiaire, j’en suis capable. Si on souhaite que je donne l’exemple en travaillant plus fort que les autres, c’est ce que je ferai. Je peux mettre de la pression sur le quart adverse ou contenir les porteurs de ballon. Je souhaite m’intégrer le plus rapidement possible et contribuer aux succès de l’équipe. »

La brigade défensive des Alouettes découvrira la semaine prochaine, lors d’un mini-camp à Orlando, le livre de jeux du nouveau coordonnateur Jeff Reinebold. Mais Davis a déjà eu quelques conversations avec lui et a une bonne idée de ce qui l’attend.

« Je crois que nous aurons une défensive plus agressive. Tu sais, les gens se compliquent la vie en essayant de prédire prématurément si ce sera une défensive 4-3 ou 3-4, mais la priorité sera d’abord de mettre les douze meilleurs joueurs sur le terrain. La priorité sera aussi d’avoir le meilleur front défensif qui soit parce que dans cette ligue de quarts arrières, il est primordial de se rendre au quart avant qu’il passe le ballon. »

Davis croit que la défensive des Alouettes se montrera surtout beaucoup plus créative en 2012. « Je crois que les patrons de jeux qu’ont préparés le coach Reinebold et son adjoint Matt Sheldon (l’entraîneur des secondeurs) vont faire en sorte que nous attaquerons les quarts adverses de tous les côtés. Je ne crois pas que ce sera vraiment du 4-3 ou du 3-4, mais une combinaison. Les attaques adverses se sont beaucoup sophistiquées au cours des dernières années et elles excellent dans l’art de mystifier les défensives. Ce sera à notre tour de mystifier les joueurs offensifs avec nos propres jeux piégés. Nous avons des joueurs avec les Alouettes qui peuvent jouer à différentes positions au sein du front défensif et nous pourrons présenter différents visages pour confondre nos adversaires. »

Avec l’ajout de Davis, mais aussi du plaqueur défensif Aaron Hunt, qui était avec les Lions, le front défensif à sept des Alouettes aura un nouveau visage en 2012 et à voir l’enthousiasme de l’ancien Eskimo, les attaques adverses en auront plein les bras.