MLS - Impact - Perkins est en ville

Troy Perkins a foulé le terrain d'entraînement avec sa nouvelle équipe pour la première fois.

Un texte de Marie Malchelosse

Si vous lui jetez un regard un peu lointain, vous le confondrez facilement avec son coéquipier de l'unité des gardiens, Evan Bush. Ressemblance évidente. « Il est pas mal plus beau bonhomme que moi! »

Bon, on sait déjà ça : Perkins a un bon sens de l'humour et de la répartie.

Non pas que c'était une mauvaise nouvelle, mais quand le gardien numéro 1 de l'Impact a appris qu'il quittait Portland, il était en état de choc.

« Surprise totale. Ça m'a frappé durement. Comme ville et comme environnement, Portland était idéale. Mais d'un point de vue professionnel, Montréal est un endroit de premier plan. »

En effet, on ne peut pas dire que Portland connaisse une grande saison. Bons derniers dans l'Ouest, les Timbers ne comptent qu'un point de plus que la pire équipe de la MLS, le Toronto FC.

« C'est la première chose que ma femme m'a dite. Que j'aurais au moins la possibilité d'accéder aux éliminatoires! C'est spécial et c'est une situation qui m'avait manqué! »

On peut aussi penser que Perkins n'enverra pas de carte postale à son ancien entraîneur à Portland. Après avoir conclu l'échange avec l'Impact, Gavin Wilkinson a affirmé que les Timbers avaient eu l'avantage dans la transaction.

« Il peut bien dire ce qu'il veut. Il a déjà dit certaines choses à propos d'autres gars qui avaient quitté l'équipe. C'est lui. Ce sera une motivation supplémentaire pour moi. Je vais lui répondre par ce que je ferai sur le terrain. » Voilà des adieux sans amour.

Le nouveau cerbère a été agréablement surpris de l'ambiance qui règne dans le vestiaire de l'Impact.

« Tu entres et tu as l'impression que ces gars-là sont ensemble depuis très longtemps. Ils écoutent de la musique et ils jasent; c'est une vibration fantastique. »

Sa première expérience sur le terrain a aussi été concluante. »Une très bonne équipe. Très bien organisée. Je ne crois pas que l'intégration sera un gros défi. »

Une vieille connaissance

Le défenseur Jeb Brovsky a croisé Perkins à plusieurs reprises depuis le temps que les deux hommes sont en MLS.

« C'est un compétiteur acharné, assure l'arrière de l'Impact. Vous pouvez toujours l'entendre japper sur le terrain. Il est un meneur naturel et il communique déjà avec nous sur le terrain. »

Perkins avait aussi croisé de près l'attaquant Sanna Nyassi au cours d'un certain match, le 28 avril dernier, alors qu'il jouait pour les Timbers. Le gardien avait gardé l'empreinte des crampons de Nyassi en plein visage. Il avait dû porter un masque protecteur pendant quelque temps par la suite. Perkins s'en souvient très bien.

« J'ai justement regardé ses souliers ce matin pour voir si je n'y retrouverais pas le reste de mon nez! »

On vous le disait: il a un bon sens de l'humour!