MLS - Impact - En attendant New York

Le dernier match de l'Impact, contre Philadelphie, s'est soldé comme trop souvent d'autres cette saison, en accordant un but fatal en fin de rencontre. Contre les Red Bulls samedi, la troupe de Jesse Marsch ne compte pas répéter les mêmes erreurs.

« On a eu des erreurs mentales et c'est ça qui a fait la différence », a reconnu le milieu de terrain Patrice Bernier.

Le résultat aurait été bien différent si Marco Di Viao avait pu concrétiser une de ses nombreuses occasions. Après cinq matchs, l'italien n'a pas le moindre but au compteur.

« Si je ne marque pas comme l'autre jour, on va perdre le match. C'est ça la pression qui m'est mise », a indiqué le joueur désigné.

Di Viao peut se consoler, il n'est pas le premier joueur désigné à avoir connu un lent départ en MLS. Le français Thierry Henry n'a pas marqué avant son sixième match avec les Red Bulls de New York. Depuis, il terrorise les gardiens adverses.

Les coéquipiers de Di Vaio ne s'en font pas outre mesure.

« Ce n'est qu'une question de temps. À partir du moment où il mettra le premier but ils les enchaînera comme les perles » a déclaré le défenseur Hassoun Camara.

Camara a lui-même dû s'ajuster au jeu en Amérique du Nord.

« C'est tactiquement qu'il faut s'ajuster. Ce n'est pas la même culture, mais je pense qu'on s'entend sur les fondamentaux du football », croit le Français.

En entrevue dans un quotidien italien, Di Vaio a vanté les qualités athlétiques des joueurs de la MLS mais a souligné la faiblesse tactique du jeu. Il a ajouté que la venue d'autres joueurs et entraîneurs européens était souhaitable.

Mais tant l'entraîneur Jesse Marsch que Di Vaio assurent que les canaux de communication sont bien ouverts.

Et Marsch n'a aucun doute, son joueur étoile sera à la hauteur.

« C'est le joueur dont nous avons besoin » a-t-il affirmé.