C-A Marchand - Expos: le cri du coeur de Cromartie




L’ancien des Expos Warren Cromartie était à Montréal ce week-end pour participer au 8e déjeuner des célébrités sportives organisé au profit de la Fondation du centre Juif Cummings pour personnes âgées. Il est notamment venu pour rendre hommage à son ami Gary Carter, décédé au début de l’année et il en a profité pour réitérer son grand amour pour Montréal et y réclamer le retour du baseball. Il veut ressusciter les Expos, rien de moins. C’est un véritable cri du cœur des plus inattendus qu’il a d’ailleurs lancé devant les centaines de convives de cet événement de charité qui vient en aide aux aînés dans le besoin.

Warren Cromartie (Getty Images)


« Montréal c’est ma ville, le Canada c’est devenu mon pays. C’est là où je me suis épanoui comme joueur de baseball », a clamé fièrement l’Américain après s’être désolé de ne plus rien trouver au centre-ville qui lui rappelle nos Z’Amours et leur épopée. « C’est comme si nous n’avions jamais existé », a-t-il déploré. « Il faut que ça change. Il faut faire vivre la mémoire des Expos. Il faut que Montréal ait une équipe de baseball, ce n’est pas plus compliqué que ça! Toronto a gardé la sienne. Québec en a une (dans la ligue CanAm), Ottawa en aura bientôt une (CanAm). Il est inacceptable qu’une ville comme Montréal dont l’agglomération compte près de 4 millions de personnes au total n’ait pas une équipe. Il nous faut un endroit pour préserver pour toujours le souvenir des Expos. »

L’ancien voltigeur a d’ailleurs révélé que Gary Carter se préoccupait lui aussi beaucoup de l’absence du baseball professionnel à Montréal. « Quelque temps avant sa mort, il m’avait interpellé et m’avait demandé Cro, qu’allons-nous faire pour y ramener le baseball? Nous n’avons pas le droit de ne rien faire. » Carter n’a jamais digéré d’être échangé par les Expos de Charles Bronfman pour une question d’argent. Warren Cromartie nous aura appris que le Kid n’acceptait guère plus que Montréal ne soit plus dans les majeures et qu’il aurait aimé lui aussi contribuer à la renaissance des Expos.

Warren Cromartie me paraît déterminé à prendre le relais. Bien sûr, il est conscient que son rêve, que partagent plusieurs passionnés de baseball au Québec, comporte sa part d’embûches sinon d’obstacles quasiment insurmontables. « Il faut persévérer, il ne faut pas abandonner. Nous ne sommes pas des lâcheurs. Quand je doutais, Gary Carter me le rappelait. Il avait raison. Nous n’avons pas le droit d’abandonner. »

Cromartie, qui était de l’édition 1981 des Expos, la seule qui ait remporté un championnat, était particulièrement nostalgique en rappelant qu’outre Carter, quatre autres membres de cette édition nous ont quittés au cours des récentes années, soit Charlie Lea, Woody Fryman, John Milner et le gérant Dick Williams. « Nous n’avons aucun endroit à Montréal pour les commémorer. Aucun endroit pour rappeler aux gens notre équipe, ni celle de 1994, ni celle de 1969. C’est inacceptable. » C’est pourquoi Cromartie pilote aujourd’hui le "Montreal Baseball Project" qui s’est donné pour mission de ramener le baseball professionnel dans la métropole.

« Nous allons bientôt annoncer un événement qui nous permettra de réunir à Montréal l’édition 1981 des Expos. Nous en profiterons certes pour fêter cette fabuleuse équipe, mais aussi pour amasser de l’argent pour la fondation Gary Carter tout en relançant l’idée de faire renaître le baseball à Montréal. » Déjà l’an dernier, plusieurs anciens Expos venus assister à ce même déjeuner des célébrités, dont Rondell White, avaient eux aussi manifesté leur volonté de contribuer au retour du baseball en ville.

Évidemment, il faudra, que ce soit pour faire renaître les Expos ou implanter une équipe de la ligue CanAm, des investisseurs sérieux et prêts à embarquer dans un projet qui nécessiterait vraisemblablement la construction d’un Stade aux dimensions appropriées. Dans la salle du Centre Cummings, il y avait quelques individus aux poches creuses et Warren Cromartie, qui vise d'abord le retour du baseball majeur, les a interpellés : « On a besoin de vous. Je vous prie de nous aider. Donnez-moi la chance de m’entretenir en face à face avec Bud Selig. Après vous verrez! »

Samedi soir, j’étais avec Cromartie dans la loge de Delmar au Centre Bell. En regardant les nombreux sièges vides dans les rouges pour ce match entre deux des pires équipes de la conférence de l’Est, les Islanders et les Canadiens, Cromartie n’a pu s’empêcher d’être sarcastique et avec un sourire espiègle m’a lancé : « Ce n’est pas salle comble ce soir. Dois-je en conclure que Montréal n’est plus une ville de hockey? » Il se souvient avec amertume de tous ceux qui ont associé l’exode des partisans déçus des Expos après les braderies de 1994, pour un manque d’amour ou d’attachement envers le baseball.

« Montréal est une ville de sports. C’est une ville de hockey, mais c’est aussi une ville de baseball et ça ne date pas d’hier. Les racines du baseball sont profondes ici. Il y avait plus de 50 000 spectateurs samedi dans ma cour (le Stade) pour un match de soccer. Personne ne me fera croire que l’on ne pourrait plus attirer autant de monde pour un match de baseball. »

Il fallait voir la moue de dédain de Cromartie en parlant de la foule attirée par l’Impact pour son match inaugural. Ma vieille grand-mère aurait fait la même grimace outrée si on lui avait affirmé que l’Oratoire Saint-Joseph était devenu un endroit où l’on y célébrait des Bar Mitzvahs dans la Crypte tandis que la Basilique était convertie en bar de danseuses nues! Bref, vous aurez compris qu’aux yeux de Warren Cromartie, le Stade olympique c’est et ce sera toujours un Stade de baseball d’abord et avant tout!

Cromartie a toujours été un passionné, un vrai de vrai et il m’aura à tout le moins fait rêver au cours des derniers jours passés en sa compagnie. Chaque année, depuis la mort des Expos, je deviens nostalgique lorsque s’amorcent les camps d’entraînement. Depuis deux semaines, je travaille en écoutant distraitement à la télé ou par le biais de la radio satellite, des matches de la ligue des pamplemousses ou des cactus. Je m’ennuie terriblement du baseball et je sais que je ne suis pas le seul. Je sais que c’est un peu fou de rêver au retour des Expos. Mais ne me réveillez pas tout de suite, laissez-moi y rêver encore un peu.

(Pour en savoir davantage sur le "Projet Baseball Montréal" contactez le info@mbp2012.com ou composez le 514-541-0494. Le site web www.mbp2012.com sera disponible à compter du 1er avril 2012.)