Baseball majeur? Montréal n’en a plus les moyens!





La vente des Dodgers hier soir à un groupe dirigé par Magic Johnson vient de sonner le glas du rêve un peu fou que caressaient encore certains, dont moi, de revoir un jour du baseball majeur à Montréal. Ça n’arrivera pas. Ce n’est plus possible. Nous n’en avons plus les moyens, si nous les avons déjà eus. Non, Montréal ne peut plus s’offrir une équipe de baseball majeur, ça ne fait plus de doute dans mon esprit. Pas si les Dodgers valent deux milliards de dollars.

À LIRE | Les Dodgers sont vendus au groupe de Magic Johnson

L’an dernier, les Dodgers valaient, selon Forbes, 800 millions de dollars, à peine un million de plus que les Bills de Buffalo et une quinzaine de millions de moins que l’écurie McLaren de Formule 1. Les Dodgers occupaient le 38e rang des 50 plus grandes propriétés sportives au monde. La prestigieuse Manchester United, de la Premier League, valait alors un milliard de plus que les Dodgers et se voulait, tous sports confondus, l’équipe qui avait la plus grande valeur au monde devant les Cowboys de Dallas (1,82 milliard) et les Yankees (1,7 milliard). Le top 10 était complété par les Redskins de Washington (1,55 milliard), le Real Madrid (1,45 milliard), les Patriots de Nouvelle-Angleterre (1,37 milliard), Arsenal (1,19 milliard), les Giants de New York (1,18 milliard), les Texans de Houston (1,17 milliard) et les Jets de New York (1,14 milliard).

Magic Johnson (La Presse canadienne)

Que s’est-il passé pour que les Dodgers aient fracassé, en un an, tous les records en changeant de propriétaires pour deux milliards de dollars? Justement, il est là le problème : il ne s’est rien passé de positif!

Au cours des deux dernières saisons, l’équipe n’a pas été compétitive, terminant chaque fois à une douzaine de matches du premier rang. Un coûteux divorce a forcé son propriétaire, Frank McCourt, à négliger l’équipe qu’il avait payée, à crédit, 420 millions en 2004. Résultat : non seulement l’équipe galérait sur le terrain, mais elle a accumulé des dettes de près de 600 millions de dollars. Le Dodgers Stadium tombe en décrépitude et les experts estiment qu’il a un urgent besoin de rénovations qui devraient coûter entre 200 et 300 millions de dollars, sinon davantage. Sans oublier que pour rivaliser avec les meilleures équipes, les Dodgers devront injecter des dizaines de millions de dollars dans leur masse salariale. Quand les Dodgers ont une masse salariale inférieure à celle des Twins du Minnesota, il y a de quoi se poser des questions.

Malgré deux années de misère et une dette accrue, les Dodgers ont donc vu leur valeur plus que doubler pour atteindre deux milliards de dollars. C’est deux fois la valeur de l’écurie Ferrari! C’est onze fois plus que la valeur des Angels de Los Angeles, l’autre équipe en ville. Vous allez me faire croire que les Dodgers valent vraiment ONZE fois plus que les Angels?

Bien sûr que les droits de télévision expliquent la valeur accrue de toutes les propriétés sportives, mais dans le cas des Dodgers, ce n’est même pas une explication valable. L’entente avec Fox et la station locale KCAL ne rapporte que la moitié de ce qu’elle devrait selon les dictats du marché actuel et celle-ci ne vient à échéance qu’en 2013. Qui plus est, lorsque vous évaluez une équipe comme les Yankees, vous devez tenir compte qu’ils détiennent plus du tiers des actions de YES TV, leur télédiffuseur local.

La semaine dernière, Forbes évaluait que la valeur moyenne d’une équipe du baseball majeur s’élevait désormais à 605 millions de dollars, une augmentation de 16 %. Manchester United, que Malcolm Glazer avait payé 1,47 milliard en 2005, était toujours au sommet avec une valeur de 1,9 milliard. Les Yankees et les Cowboys, avec leurs stades ultramodernes, étaient à égalité au 2e rang avec une valeur de 1,85 milliard. Que valent maintenant ces équipes si les Dodgers valent deux milliards?

La vérité, c’est que Mark Walter, le véritable milliardaire derrière le groupe d’acheteurs des Dodgers que représente Magic Johnson, aura payé trop cher et du coup, provoqué un véritable séisme sur le marché de la propriété sportive.

C’est comme lorsqu’une maison est vendue à un prix complètement fou dans votre quartier, surtout si elle est comparable à la vôtre. Vous savez que la valeur de votre propriété vient d’exploser elle aussi. Tous les propriétaires du baseball majeur se frottent les mains depuis hier soir. Même Grand Galop et Petit Trop ont probablement sorti le Champagne (pour le boire en cachette et ainsi éviter de le partager). Depuis hier soir, toutes les équipes du baseball majeur valent plus cher. C’est pourquoi Youppi ne quittera jamais plus le Centre Bell.