LNH - Canadien - « Je ne voulais pas d'incertitude » - Pacioretty

Qu'ont en commun Ville Leino, Brooks Laich, David Legwand et Max Pacioretty? Une entente de 6 ans et 27 millions de dollars. Trouvez l'intrus...

Un texte de Guillaume Lefrançois

Le contrat de Leino pourrait hanter longtemps les Sabres de Buffalo. Laich et Legwand demeurent de bons vétérans, des joueurs complets capables d'aider leur équipe. Mais Pacioretty est l'unique marqueur de 30 buts du groupe.

C'est pourquoi pour plusieurs, la prolongation de contrat signée lundi par Pacioretty représentait une bonne affaire pour le Canadien, surtout si le jeune attaquant continue son développement.

Pour Pacioretty, cette entente de six ans est exactement ce qu'il recherchait.

« Je suis quelqu'un d'assez conservateur, a admis Pacioretty mardi en conférence téléphonique depuis son domicile de New Canaan, au Connecticut. Six ans, c'est financièrement stable. Je ne savais pas à quoi m'attendre. Mais je ne voulais pas jouer ma dernière année de contrat avec autant d'incertitude. »

Avec un pacte de six ans, Pacioretty a donc en poche une entente aussi longue que ses coéquipiers Josh Gorges et Carey Price. Ce n'est pas un hasard.

« Ces joueurs forment notre noyau, a dit Marc Bergevin. Ce sont de bons jeunes. Il y a beaucoup de jeunes gardiens, mais Carey est un bon jeune, il veut être ici pour six ans. Ça nous montre que ces joueurs sont bien à Montréal. »

Un soulagement

À 23 ans, Pacioretty a encore cette naïveté des jeunes dans ses propos. Ses commentaires sont souvent d'une candeur frappante, et c'était encore le cas au cours de cette conférence. Il a expliqué pourquoi il a signé cette prolongation un an avant l'expiration de son contrat actuel.

« Un joueur te mentirait s'il te disait qu'il ne regarde pas ses statistiques à sa dernière année de contrat, a lancé Pacioretty. Je peux maintenant me concentrer à aider l'équipe à gagner la Coupe. Ils m'ont donné beaucoup avec ce contrat et j'espère pouvoir les aider à atteindre cet objectif. »

Les annonces de prolongation de contrat un an à l'avance ne sont pas monnaie courante pour le Tricolore depuis quelques années. Or, les mentalités ont visiblement changé avec l'arrivée d'une nouvelle direction.

« Signer un contrat un an à l'avance n'était pas une option sous l'ancien régime, a raconté le numéro 67. Dès que j'ai vu que c'était maintenant possible, j'ai voulu régler ça. »

Hommage à ses compagnons de trio

Si Pacioretty est aujourd'hui plus riche qu'hier, c'est qu'il a explosé en 2011-2012, avec 33 buts et 32 passes. Ses exploits, survenus quelques mois après qu'il eut subi une fracture d'une vertèbre après une violente mise en échec de Zdeno Chara, lui ont valu le trophée Bill-Masterton.

Or, Pacioretty est bien conscient que ses succès auraient été impossibles sans le travail de ses compagnons de trio Erik Cole et David Desharnais.

« J'aimerais calquer ma carrière sur celle de Cole, a mentionné l'Américain. C'est un gros ailier rapide, il a subi la même blessure que moi (vertèbre fracturée). J'ai déjà appris beaucoup de lui. J'espère qu'en continuant à jouer avec lui, je deviendrai cet attaquant de puissance qui a longtemps manqué au Canadien.

« Je le dis depuis le jour 1 : David a été incroyable pour ma carrière, a-t-il enchaîné. Il a fait écarquiller les yeux et il va continuer à le faire. »

Comme Pacioretty, Desharnais écoulera en 2012-2013 - si saison il y a - la dernière année de son contrat. Le dossier du 51 deviendra-t-il une priorité pour Bergevin?

« On laisse la porte ouverte. On vient de finir avec Max, qui est un gros contrat. On va en discuter une étape à la fois. »