LNH - Canadien - Le processus pour Subban, l'intérêt pour Doan

BROSSARD - On devine que le travail de directeur général aiguise la patience de Marc Bergevin. Et on ne parle pas de la délicate tâche de composer avec la pression des médias...

Un texte de Guillaume Lefrançois

Le directeur général du Canadien était certainement enthousiaste de se présenter devant les caméras, mardi, pour commenter l'entente de six ans signée avec Max Pacioretty la veille.

Mais il s'est vite retrouvé à commenter les autres dossiers sur son bureau. Et contrairement à celui de Pacioretty, qui a déboulé plus vite que certains l'attendaient, les autres ne progressent pas aussi rapidement.

D'abord, le cas P.K. Subban. On en sait bien peu sur les négociations entre les deux clans, un peu trop longues au goût de certains, surtout après que le contrat de Carey Price se soit réglé si promptement.

Ce n'est toutefois pas Bergevin qui en dira davantage.

« Par respect pour Subban et son agent, je ne veux pas négocier sur la place publique, mais c'est un processus qui se déroule. Des fois c'est long, des fois c'est moins long. Ça dépend », a commenté Bergevin.

Subban n'est pas l'unique joueur autonome avec compensation sans contrat cet été. L'attaquant des Jets de Winnipeg Evander Kane vit la même situation, tout comme le défenseur des Capitals de Washington John Carlsson.

Nombreux sont ceux qui ont été inquiétés quand les Flyers de Philadelphie ont déposé une offre hostile au défenseur Shea Weber. Les Predators ont finalement égalé l'offre de 14 ans. La possibilité qu'une équipe dépose une offre alléchante à Subban ne dérange toutefois pas Bergevin.

« Ça fait partie de la convention collective, donc c'est une possibilité. Si ça arrive, on va gérer la situation. Mais tu ne peux pas toujours y penser. »

Et Doan?

Sur le marché des joueurs autonomes sans compensation, Shane Doan demeure l'unique joueur d'impact disponible. Mais comme avec Subban, le DG doit faire preuve de patience, puisque l'attaquant n'est visiblement pas sur le point de trancher entre Phoenix ou ailleurs.

Une chose est sûre : Bergevin ne dirait pas non à un vétéran de sa trempe. Il a même appelé le clan Doan pour connaître les intentions du joueur. Et on parle d'un appel sérieux.

« Avec un joueur de ce calibre, c'est important de ne pas faire un appel juste pour faire un appel. La saison dernière, il a joué contre nous (les Blackhawks) en séries et il a très bien joué. De ne pas penser à l'amener serait une erreur. Mais il va prendre sa décision quand il sera prêt. »

La machine à rumeurs s'était emballée, il y a quelques semaines, quand une information circulait selon laquelle Doan prévoyait visiter Montréal. Bergevin a nié le tout et a déridé la foule au passage...

« Il est peut-être venu à Montréal, mais il ne me l'a pas dit! »