Les Alouettes déjà en mission!




Les vacances sont terminées. Depuis quelques semaines déjà, les entraîneurs des Alouettes ont multiplié les rencontres afin d’établir les grandes lignes de leur plan d’action en vue de la saison 2012 ainsi que d’identifier leurs objectifs à court et moyen termes. L’entraîneur-chef Marc Trestman était certes un peu plus détendu qu’à l’habitude à son arrivée à Orlando pour le mini-camp de trois jours, mais dès le premier entraînement, il est redevenu pleinement concentré sur la tâche à accomplir, avec tout le sérieux qu’on lui connaît. Trestman et les Alouettes sont déjà en mission pour 2012. Le premier défi sera de composer avec la venue de nouveaux adjoints.

« Les principaux changements concernent notre personnel d’entraîneurs. C’est toujours majeur quand vous vous retrouvez avec un nouveau coordonnateur à la défensive (Jeff Reinebold), un nouvel entraîneur de secondeurs (Matt Sheldon) et un nouvel entraîneur des demi-défensifs (Jean-Marc Edme). J’ai toujours dit que, peu importe s’il s’agit d’un joueur ou d’un entraîneur, il suffit de procéder à un seul changement de personnel pour changer le visage de toute l’équipe. »

Marc Trestman reconnaît d’emblée qu’il n’était pas question de prendre à la légère l’embauche de nouveaux entraîneurs. « Les entraîneurs que nous avions ici étaient d’excellents motivateurs, des enseignants de première qualité qui savaient trouver les bons mots avec les joueurs dans les salles de réunion, comme sur le terrain. Ce fut extrêmement difficile de les remplacer, car si nous ne parvenions pas à trouver des individus de leur niveau, nous aurions déçu nos joueurs parce que leurs attentes sont des plus élevées sur la manière dont on leur enseigne et qu’on les dirige sur le terrain. Je suis donc très enthousiaste de l’arrivée de Jeff (Reinebold) et Matt (Sheldon) parce que je crois qu’on a justement trouvé les candidats idéals pour maintenir les standards auxquels nos joueurs ont été habitués. »

Marc Trestman (Radio-Canada)






















Qui dit nouveaux entraîneurs, dit-il nouveau livre de jeux? Trestman opine sans hésiter. « Nous allons bien entendu devoir procéder à des changements importants dans notre livre de jeux. Cela dit, le système que nous favorisons, des deux côtés du ballon, nous donne surtout de la flexibilité, afin que nous puissions aller chercher le meilleur des athlètes dont nous disposons à chaque position. Nous n’arrivons jamais au camp d’entraînement avec une idée bien arrêtée du type de défensive ou d’attaque que nous allons présenter. Nous devons d’abord découvrir dans un premier temps quels seront les joueurs qui composeront notre formation, qui seront les vingt-quatre meilleurs du groupe. C’est autour de ces joueurs-là que nous allons pouvoir dessiner les grandes lignes de nos concepts offensifs afin de leur donner les outils nécessaires pour qu’ils connaissent du succès. »

Au cours des trois derniers jours, les entraîneurs ont eu l’occasion de jeter un premier coup d’œil sur des joueurs qui aimeraient bien recevoir une invitation pour un séjour à Lennoxville en juin, là où se déroulera le camp des Alouettes. Certains auront déjà attiré le regard des deux journalistes qui ont assisté à ce mini-camp en Floride, dont quelques receveurs de passes qui ont réussi des attrapés assez spectaculaires. Évidemment, il faut se garder de tirer des conclusions. Même la plus lente des Minardi a toujours semblé très rapide lorsqu’elle était seule en piste. Jusqu’à ce que les Ferrari s’amènent. Marc Trestman demeure donc stoïque.

« Nous avons vu beaucoup de nouveaux joueurs ces jours-ci, mais il est trop tôt pour tirer des conclusions. Pour l’instant c’est encore Jim Popp le mieux placé pour vous décrire le potentiel de chacun puisque c’est lui qui les a invités ici. Après une semaine de véritable camp d’entraînement en juin, j’aurai déjà une meilleure idée. » L’entraîneur-chef reconnait toutefois que la compétition sera relevée et que certains vétérans devront peut-être défendre chèrement leur peau.

« Jim nous donne l’embarras du choix et c’est tout à son honneur, en invitant que ce soit pour ce genre de mini-camp ou pour le grand camp, une belle variété de joueurs susceptibles de rendre les choses intéressantes. Ce sera un camp d’entraînement extrêmement compétitif (à Lennoxville). Ce le fut déjà ici. C’est très motivant, très excitant. »

Le mini-camp, une innovation dans la LCF qui en autorise la tenue depuis maintenant deux ans, permet aux équipes de se réunir dans une ambiance un peu plus décontractée et d’accueillir des joueurs et de favoriser leur intégration future au sein de l’équipe. « L’objectif de ce mini-camp était de permettre aux joueurs, les nouveaux venus comme les vétérans, de rencontrer nos nouveaux entraîneurs. C’est l’occasion de leur enseigner quelques concepts, leur montrer les concepts de base du football que nous préconisons ainsi que de voir ce dont ils sont capables, d’avoir dans certains cas, une première évaluation sommaire de ce qu’ils peuvent apporter à l’équipe. »

Marc Trestman ne s’en cache pas, il en profite aussi pour observer comment chacun se comporte une fois les éducatifs et les entraînements terminés. « C’est un fait, nous voulons mieux les connaître sur le terrain, mais aussi à l’extérieur du terrain. »

La saison 2011 aura connu une fin décevante pour les Alouettes qui, après deux conquêtes consécutives de la Coupe Grey, ont subi l’élimination en demi-finale de l’est au profit des Tiger Cats de Hamilton. Mais pour Marc Trestman, c’est déjà du passé tout ça. « Nous avons eu une très bonne saison. J’ai aimé diriger cette équipe-là. Je ne considère pas que la dernière saison comme un échec. À tous les jours au football, vous devez composer avec l’adversité et le succès. L’important, c’est de savoir gérer les situations au jour le jour. Nous avons un groupe formidable, ce sont des individus avec beaucoup de caractère. Ils se sont battus jusqu’à la fin, ils ont souffert jusqu’à la fin. Ça, c’était l’équipe de l’an dernier. Vous savez, moi, que la saison se termine par une victoire ou une défaite ne change pas mon approche de la saison morte. Quand la saison est terminée, elle est terminée et je dois penser à la prochaine. »

Vous ne réussirez même pas à extirper de Trestman le moindre aveu quant à son désir de remporter une troisième Coupe Grey. « Je ne pense jamais à un championnat. Je ne pense jamais à la Coupe Grey. Je ne crois pas que ce sont là des préoccupations importantes. Ce qui est important, c’est d’avoir un plan et une vision. C’est de l’acquis; tous les entraîneurs et toutes les équipes veulent bien sûr gagner la Coupe Grey. Mais dans ma vision des choses, pour y arriver, pour espérer obtenir le moindre succès, je crois que mon devoir, c’est de contribuer au développement des individus autour de moi et à l’amélioration de notre équipe. C’est tout ce qui importe. Tout le reste, c’est un bonus. »

Bien sûr, nous ne sommes pas obligés de toujours le croire sur parole…