Le nouveau visage des Alouettes



Les Alouettes ont subi deux défaites en autant de matches pré-saison, mais il ne faut pas s’en inquiéter n’y sauter aux conclusions. La plupart des joueurs réguliers ont eu congé lors du premier match et n’auront que très peu joué dans le second à Toronto. Loin d’être préoccupé par ces revers, j’ai vu des signes encourageants lors de ces deux rencontres, confirmant certaines impressions qui se sont dégagées au cours des deux dernières semaines de camp d’entraînement.

A LIRE | Harris permet aux Argonauts de l'emporter!

Premier constat : l’attaque des Alouettes sera à nouveau dévastatrice. Anthony Calvillo est dans une forme resplendissante et n’a rien perdu de ses moyens au cours de la saison morte. Ses passes sont d’une précision chirurgicale et sa vision du jeu semble s’améliorer à chaque année. Si Calvillo demeure en santé, les Alouettes auront toutes les raisons de rêver de participer à la 100e finale de la Coupe Grey en novembre prochain à Toronto.

Anthony Calvillo (Radio-Canada)


En revanche, son substitut Adrian McPherson aura inquiété les partisans avec une contre-performance lors du premier match préparatoire et une performance en dents de scie dans le second avec seulement cinq passes complétées en onze tentatives. Il a certes réussi une passe de 61 verges, mais plusieurs dizaines de celles-ci furent gagnées par Éric Deslauriers après l’attrapé. Certes que McPherson a fait preuve de leadership sur la séquence menant au touché de Travon Patterson, le second majeur en autant de matches pour le jeune receveur de passes, mais il me semble moins en confiance qu’au cours des dernières saisons. J’espère me tromper car même avec un Calvillo au sommet de son art, les Alouettes ont besoin de la touche magique d’Adrian McPherson lorsque vient le temps d’aller gagner une situation de troisième essai et une verge à franchir.

Deuxième constat : si l’attaque des Alouettes s’annonce encore des plus explosives, c’est que l’équipe compte sur un excellent group de receveurs de passes. Cinq ailiers espacés se sont particulièrement démarqués : Brian Bratton, Brandon London, Eric Deslauriers, Travon Patterson et Trent Guy. Ajoutez à cela quatre demis insérés de premier plan : Jamel Richardson, S.J. Green, Felton Huggins et Bo Bowling. Il n’y aura pas de place pour tout le monde. Bratton, London, Deslauriers, Richardson et Green sont assurés de leur poste. Les entraîneurs auront certainement des maux de tête lorsque viendra le temps de procéder aux dernières coupures.

Troisième constat : la défensive remodelée, pour ne pas dire réinventée par le coordonnateur Jeff Reinebold, promet d’être très dérangeante pour les attaques adverses. Les partants ont limité Ricky Ray et les Argos à seulement 27 verges de gains lors du deuxième match préparatoire à Toronto. L’excellent demi de coin Billy Parker a réussi une interception et trois plaqués. Le gros Aaron Hunt, acquis cet hiver sur le marché des joueurs autonomes, a lui aussi intercepté une passe de Ray, en plus de réussir un gros plaqué. L’ailier défensif Michael Montgomery, un ancien des Packers de Green Bay, s’est fait remarquer avec six plaqués dans ce match. Le secondeur Rod Davis, également acquis sur le marché des joueurs autonomes, a réussi un sac du quart et deux plaqués. Si ce premier quart est indicatif de ce qui nous attend, on ne s’ennuiera pas en regardant la brigade défensive des Alouettes cette saison.

Quatrième constat : les unités spéciales demeurent un gros point d’interrogation. Encore une fois à Toronto, on a vu à quel point cela demeure le talon d’achille des Alouettes. Je veux bien concéder que celles-ci sont encore à un stade de construction, que plusieurs des joueurs qui y ont été utilisés ne seront probablement pas de la formation de 46 joueurs dans une semaine. Cela dit, les Alouettes concèdent encore trop de terrain et n’en gagnent pas suffisamment avec leurs unités spéciales. Nous étions tous très optimistes en voyant à l’œuvre les petits Noel Devine, Garrett Wolfe, C.J. Washington et Trent Guy se bagarrer pour le poste de spécialiste des retours de botté au camp d’entraînement à Lennoxville, mais après plus de deux semaines, aucun des quatre ne s’est véritablement distingué pour mériter le poste, surtout pas en matches pré-saison.

Même que Devine, si électrisant dans les séances d’entraînement sans contact à Lennoxville, s’est avéré plutôt décevant lors des deux matches préparatoires, à l’exception de deux ou trois courses inspirées lors du premier au stade Percival-Molson. Pour le reste, il aura été plutôt invisible. J’irais même jusqu’à prétendre que Garrett Wolfe et C.J. Washington sont probablement passés devant lui. Cela dit, des décisions difficiles devront être prises, parce qu’il y a plus de joueurs de talent que de postes disponibles chez les Alouettes.

Est-ce à dire que vos Z’Oiseaux connaîtront une saison formidable? Il est beaucoup trop tôt pour les prédictions et celles-ci, au football plus que dans n’importe quel sport, sont toujours dépendantes de l’état de santé des joueurs de premier plan. Mais je peux vous assurer que cette équipe-là devrait être des plus excitantes à voir jouer sur le terrain.

Vous ne risquez pas de vous endormir au Stade Percival-Molson comme vous aviez pris l’habitude de le faire cet hiver au Centre Bell!