Le club de soccer Manchester United fait match nul en bourse

Le club de soccer Manchester United a quelque peu raté vendredi son entrée à la Bourse de New York. Le titre de l'équipe britannique a terminé la journée à 14 dollars, son prix d'introduction dans la matinée. 32 millions d'actions ont échangés au cours de la séance.

Plusieurs analystes pensaient que les partisans d'une des plus célèbres équipes de soccer de la planète - dont le symbole boursier est « MANU », son surnom - se seraient rués sur son titre, mais cela ne s'est pas produit. D'autres avaient prévenu que le premier appel public à l'épargne (PAPE) du club était surévalué, soulignant que l'entreprise Manchester Uniter est lourdement endettée et que la famille Glazer, qui en est la propriétaire, en conserverait le contrôle total.

« On a beaucoup battu des ailes mais on a peu volé », observe l'analyste du site IPOScoop.com, John Fitzgibbon. « Ça témoigne de l'état de santé du marché des PAPE », souligne-t-il.

Le prix d'introduction en bourse du club avait été établi à 14 $, soit en dessous de la fourchette de 16 à 20 $ qui était pressentie à la fin du mois de juillet.

Dans un premier temps, 16,7 millions d'actions sont mises en vente, soit environ 10 % des titres, et 2,5 millions d'actions de plus pourraient être vendues si les investissements se montrent intéressés. De son côté, la famille Glazer vend séparément 8,3 millions d'actions supplémentaires.

Le club le plus cher du monde

À 14 $ US par action, la valeur du club est estimée à 2,3 milliards de dollars, surpassant légèrement le montant sans précédent de 2 G$ récemment déboursé lors de la vente du club de baseball des Dodgers de Los Angeles. ManU devient ainsi le club de sport « le plus cher du monde », note le cabinet spécialiste des introductions boursières Renaissance Capital.

Le club de soccer estime que les 8,3 millions d'actions émises lui rapporteront 110,3 M$, dont 101,7 millions serviront directement au remboursement de la dette colossale de l'équipe, qui a atteint 664 millions de dollars à la fin du premier trimestre 2012.

L'an dernier, Manchester United a dégagé un bénéfice de 19,7 M$pour un chiffre d'affaires de 518,5 M$. Le club devrait afficher une perte pour l'exercice qui s'est terminé le 30 juin, ainsi que des revenus en chute de 3 à 5 %.

Les analystes demeurent donc sceptiques face à sa santé financière, soulignant qu'il ne s'agit pas d'une entreprise à fort potentiel de croissance comme une firme technologique.

Comme facteurs de risque pour ses actionnaires, le club de football reconnaît notamment être « dépendant de la popularité et de la performance de son équipe » et de sa « capacité à retenir des employés clés, y compris les joueurs ».

Récemment, General Motors signait un accord de commandite record de 559 millions de dollars avec Manchester United. Selon un document boursier, l'entente implique entre autres que la marque Chevrolet soit visible sur les maillots de l'équipe.

Le club a été racheté en 2005 par l'homme d'affaires américain Malcolm Glazer. Le titre du Manchester United avait alors été retiré de la Bourse de Londres où il se négociait depuis 11 ans. Par la suite, le propriétaire a songé à inscrire l'équipe à une bourse d'Asie, un continent où se trouverait la moitié de ses 660 millions de partisans, avant de préférer New York.

Manchester United possède une marque très forte dans le monde du sport. L'équipe a gagné 60 trophées en 134 ans d'histoire.

Radio-Canada.ca avec AFP et Reuters