L'élection, « un référendum sur le cynisme », selon Lisée

« L'élection du 4 septembre sera un référendum sur le cynisme », a déclaré samedi le candidat du Parti québécois (PQ) dans la circonscription de Rosemont, Jean-François Lisée.

L'ancien conseiller des premiers ministres québécois Jacques Parizeau et Lucien Bouchard, a tenu ces propos lors d'un rassemblement militant à Montréal. Il soutient que le premier ministre Jean Charest a déclenché des élections durant l'été par opportunisme politique, espérant que le taux de participation à l'élection soit faible, surtout chez les jeunes, et voulant devancer les travaux de la commission Charbonneau qui doivent reprendre le 17 septembre.

M. Lisée a aussi profité de son allocution pour décocher quelques flèches vers la Coalition avenir Québec (CAQ), qui « semble penser que les vraies affaires se limitent à ce que l'on peut chiffrer et administrer », et Québec solidaire (QS), une « gauche d'opposition », qui peut dans certains cas diviser le vote et favoriser l'élection de libéraux.

Le candidat souverainiste a finalement présenté le Parti québécois comme une coalition gauche-droite qui permettra aux électeurs tentés par la CAQ ou QS de retrouver à la fois des propositions pour améliorer la gestion de l'État que des propositions pour plus de justice sociale.

La circonscription de Rosement était représentée par la péquiste Louise Beaudoin, jusqu'au déclenchement de la campagne électorale.

M. Lisée était jusqu'à récemment chroniqueur politique et blogueur pour le magazine L'actualité. Il a également écrit plusieurs livres sur la politique québécoise, dont Le Tricheur, sur Robert Bourassa, ainsi que Dans l'oeil de l'aigle, sur la politique américaine face au mouvement indépendantiste au Québec.

Suivre @gaetanpouliot