Judo - Valois-Fortier décroche le bronze

Jusqu'ici, les Jeux olympiques de Londres ne souriaient guère aux judokas canadiens. Mais mardi, au Centre Excel, Antoine Valois-Fortier a renversé la tendance... et ses adversaires.

Le Canadien de 22 ans a choisi le bon moment pour venir à bout de Travis Stevens à son sixième et dernier combat du jour. Valois-Fortier a défait l'Américain pour la première fois en cinq combats afin de mettre la main sur l'une des deux médailles de bronze.

Il s'agit de la première médaille olympique du Canada dans cette catégorie de poids.

Valois-Fortier devient ainsi le premier judoka canadien à rafler une médaille olympique depuis l'argent (-100 kg) de Nicolas Gill à Sydney, en 2000. Gill avait aussi enlevé le bronze à Barcelone (-86 kg).

Valois-Fortier a contré l'Américain (te-guruma) pour marquer un yuko et filer vers la victoire. Le Québécois était visiblement ému en sortant du tapis, se tenant la tête et laissant couler quelques larmes sous le coup de l'émotion. Il a étreint Gill, son entraîneur, avant d'aller saluer son père dans les gradins.

Le dernier Canadien à avoir remporté une médaille olympique est justement l'entraîneur de Valois-Fortier, Nicolas Gill, qui a remporté l'argent à Sydney (-100 kg) et le bronze à Barcelone (-86 kg).

L'or olympique est allé au Sud-Coréen Kim Jae-bum qui a battu en finale le tenant du titre allemand, Ole Bischof. Le Russe Ivan Nifontov a obtenu l'autre médaille de bronze.

Freiné en quarts de finale

Justement, Nifontov, champion du monde de la catégorie en 2009, avait mis fin aux espoirs de médaille d'or de Valois-Fortier en quart de finale.

Le judoka du club de Beauport avait tout de même donné du fil à retordre au Russe. Ce dernier a contré une attaque du Canadien pour inscrire un waza-ari, le seul point marqué dans le combat.

Valois-Fortier n'a jamais abandonné. Il a tout tenté avec seulement 5 secondes au combat. Les deux athlètes ont terminé le duel côte à côte, étendus sur le dos, exténués.

L'athlète s'est ensuite relevé pour aller battre l'Argentin Emmanuel Lucienti par waza-ari au repêchage. Un point marqué grâce à une projection de la hanche (uchi-mata). Malgré une fatigue évidente, l'Argentin est demeuré menaçant avec ses mouvements de balayage.

Valois-Fortier a toutefois bien géré les derniers instants du combat pour accéder à son combat pour le bronze.

Un parcours ardu

Avant de se mesurer à Nifontov en quarts de finale, Valois-Fortier a dû vaincre trois adversaires de taille, trois champions. De plus, il est l'un des quatre judokas de la catégorie à avoir disputé un tour de plus que les autres (ronde des 64).

D'abord, le champion olympique en titre des -73 kg, qui a changé de catégorie durant le cycle olympique, Elnur Mammadli de l'Azerbaïdjan. Puis, le vétéran britannique Euan Burton, expédié en moins de deux minutes, suivi au troisième tour du Monténégrin d'origine serbe Srdjan Mrvaljevic, vice-champion du monde.

Valois-Fortier s'est présenté devant Mrvaljevic sans aucun complexe. Il a marqué un yuko sur une projection-sacrifice (sutemi), yoko-tomoe-nage, à mi-chemin dans le combat.

Sans se reposer sur ses lauriers, il a poursuivi son travail pour inscrire un waza-ari sur une projection avant dans la dernière portion du combat.

En avance par waza-ari et yuko, Valois-Fortier a bien géré la quarantaine de secondes qu'il restait au combat pour mettre fin au tournoi de Mrvaljevic. Ce dernier, 28 ans, a terminé 9e aux Jeux de Pékin (2008) et 5e aux Championnats du monde 2009.

Contre Burton, Valois-Fortier s'est montré expéditif. Il a envoyé le vétéran de 33 ans sur le tatami pour s'imposer par ippon en moins de deux minutes.

Le médaillé de bronze aux Jeux panaméricains l'a littéralement soulevé ses épaules (kata-guruma) avant de le projeter sur le dos. Burton n'est pas le dernier venu. Il avait pris le 3e rang aux Championnats du monde 2010 et 2007.

En début de parcours, Valois-Fortier avait vaincu Mammadli par décision unanime des juges au terme de la prolongation.

L'or féminin à Zolnir

Du côté féminin, la victoire chez les -63 kg est allée à la Slovène Urska Zolnir. La Slovène a eu le dessus sur la Chinoise Xu Lili.

La Japonaise Yoshie Ueno, numéro un mondiale, et la Française Gévrise Emane, numéro deux, sont reparties avec le bronze.