IndyCar - Indy 500 - Franchitti, pour une troisième fois

Dario Franchitti a remporté l'Indy 500, après avoir survécu à une attaque de Takuma Sato dans le dernier tour. Alexandre Tagliani a terminé au 12e rang.

Le coéquipier de Franchitti, Scott Dixon, a terminé deuxième, offrant le doublé à Chip Ganassi. Le septième doublé dans l'histoire de l'Indy 500.

Franchitti, qui s'était retrouvé en dernière place après son premier arrêt, est remonté jusqu'à la position de commande, bien servi psar son expérience.

Le pilote écossais était en tête au drapeau blanc, quand Sato l'a attaqué par l'intérieur dans le virage no 1. Mal lui en a pris.

« Je lui ai laissé un peu de place, mais il a perdu ses appuis, et on s'est touché, a expliqué Franchitti. Moi, j'ai pu garder ma voiture dans la trajectoire. Cette victoire, je la dédie à DW (Dan Wheldon). »

« J'y allais pour la victoire dans ce dernier tour, a dit Sato. Il n'est pas monté assez haut pour me laisser de la place. C'est décevant. »

L'Ontarien James Hinchcliffe (Andretti Autosport) a fini 6e.

Alexandre Tagliani (BHA) s'est battu dans le peloton de tête. Il a mené pendant deux tours (46e et 47e) en raison des arrêts aux puits, et est monté jusqu'en 5e position, mais il a finalement complété l'épreuve au 12e rang derrière Rubens Barrichello (KV Racing).

Il y a eu un record de 35 changements de meneurs durant la course. Seize pilotes ont fini dans le tour du meneur. Neuf ont abandonné, dont le Français Jean Alesi.

Alesi, 14 tours et puis s'en va

Le rêve d'Alesi s'est éteint au 15e tour de l'Indy 500 quand la direction de course lui a demandé de rentrer aux puits en raison de son manque de vitesse. Il était 32e (avant-dernier).

Le pilote de 47 ans s'y attendait, car il s'était qualifié pour l'épreuve en dehors des 105 % obligatoires dans sa voiture no 64 à moteur Lotus, limitée en performance.

L'autre pilote Lotus, Simona de Silvestro (HVM), a eu droit au même traitement.

Selon la règle des 105 %, le chrono minimum d'un pilote ne doit pas excéder de 5 % le chrono du pilote le plus rapide pour des questions de sécurité.

« Je laisserai les pilotes Lotus prendre le départ, mais ils ne tournent pas dans les 105 %, et je devrai les faire rentrer aux puits, avait expliqué le directeur technique de la série, Beaux Barfield, au moment des qualifications de l'Indy 500.

La direction de course lui a donné la permission de prendre le départ, avant de lui montrer le drapeau noir.

« J'ai mis tout mon coeur et ma passion dans ce défi, a dit Alesi à la télévision américaine. J'ai mis beaucoup d'efforts dans ce programme. Je me suis préparé physiquement et j'ai été bien entouré par des gens fantastiques. Mais c'est une piste qui nécessite une telle vitesse que la performance que nous avions n'était pas suffisante. »

Alesi a dit à nos confrères américains qu'il comptait revenir l'an prochain.

L'épreuve est en cours.