F1 - GP du Canada - Button pense au bassin

Après un passage à vide de trois courses, Jenson Button espère que le circuit Gilles-Villeneuve lui sourira comme en 2011, et il entend bien profiter du bassin olympique.

Le pilote McLaren n'a marqué que deux points lors des trois dernières courses, et l'épreuve de Monaco a été un long calvaire pour lui. Il s'est qualifié en 13e place, a perdu patience derrière Heikki Kovalainen (Catheram) et est sorti de piste à la piscine. Enfin, il a crevé, ce qui l'a condamné.

Après avoir commencé la saison avec une victoire en Australie, Button a glissé au 7e rang du classement des pilotes à l'aube de la septième épreuve de la saison, à Montréal. Il a 45 points et se retrouve à 31 points du meneur, Fernando Alonso.

« Pas de quoi paniquer, a dit Button à la presse britannique. C'est beaucoup trop tôt, et en plus ça ne servirait à rien. »

« Nous devons trouver le moyen de nous battre à nouveau pour la victoire, explique-t-il. Mais peut-être qu'à Montréal, la victoire se jouera entre Grosjean, Perez, Kobayashi ou Massa. »

Button fait référence aux six vainqueurs différents lors des six premières courses de la saison, une première dans l'histoire du Championnat du monde (depuis 1950). Et il pourrait y en avoir un septième à Montréal.

Peut-être son coéquipier Lewis Hamilton, qui a déjà remporté deux fois le Grand Prix du Canada. Button, lui, aimerait refaire le plein de points.

« Mes trois premières courses ont été bonnes, puis j'ai perdu mes sensations. Rien de très compliqué à régler. Le tout est d'en venir à bout », a-t-il affirmé Button.

L'idée de revenir sur le circuit Gilles-Villeneuve où il avait remporté la plus « belle course de sa carrière » (dixit Button) en 2011 lui plaît bien.

« Je suis super content de retourner au Canada. Je compte bien faire quelques longueurs dans le bassin olympique. J'ai de si bons souvenirs de Montréal. Nous devons voir le bon côté des choses », a-t-il dit, lui qui aime participer à des triathlons olympiques dans ses loisirs.

Un souvenir impérissable

Rappelons que Button avait remporté le Grand Prix du Canada en 2011 dans des conditions extrêmes. La course avait été interrompue par une pluie diluvienne pendant deux heures.

« Toutes les victoires nous marquent, mais je me souviens des hauts et des bas par lesquels je suis passé durant ces quatre heures, admet Button.

Il était parti de la dernière place et avait remonté tout le peloton. Il avait survécu à un contact avec son coéquipier Lewis Hamilton au huitième tour et à une pénalité pour excès de vitesse dans les puits.

Il avait réalisé 34 dépassements pour se retrouver dans le sillage de Sebastian Vettel dans le dernier tour. Puis, il l'avait poussé à la faute pour prendre la tête. Les journalistes dans la salle de presse avaient applaudi bruyamment à ce coup du sort.

« Je m'en souviendrai toute ma vie, avait-il confié. Si un jour j'ai des enfants et qu'ils commencent à regarder la F1, je leur dirai : "Papa pilotait lui aussi. Il se débrouillait bien et il a gagné au Canada." Et j'appuierai sur le bouton de mon magnétoscope. »