Dopage - Armstrong porte sa cause en Cour fédérale

La lutte du cycliste américain Lance Armstrong pour empêcher l'Agence américaine antidopage (USADA) de porter des accusations de dopage à son endroit se transporte en Cour fédérale vendredi.

Septuple vainqueur du Tour de France (1999-2005), Armstrong est soupçonné par l'USADA d'avoir eu recours à des substances améliorant la performance. Il est notamment soupçonné d'avoir fait usage de stéroïdes anabolisants, de dopage sanguin et d'avoir érigé un programme de dopage complexe au sein de son équipe cycliste durant ses conquêtes de la Grande Boucle.

Armstrong, qui nie les allégations de l'USADA, risque une suspension à vie du cyclisme en plus de se voir déposséder de ses titres.

Afin de bloquer le processus enclenché contre lui par l'USADA, Armstrong poursuit l'agence américaine. Il argue notamment que l'enquête et l'arbitrage de l'USADA sont injustes et violent ses droits constitutionnels. Armstrong plaide également que c'est l'Union cycliste internationale (UCI) qui devrait avoir juridiction dans ce dossier. L'UCI s'est d'ailleurs porté à sa défense.

Le juge de la Cour fédérale Sam Sparks ne se prononcera pas sur la preuve recueillie, mais bien sur la procédure et la juridiction de l'USADA. L'agence antidopage américaine souhaite que la Cour fédérale rejette la poursuite d'Armstrong afin de lui permettre d'aller de l'avant dans le dossier.

Dans le cas où la poursuite d'Armstrong était rejetée, l'athlète pourrait interjeter appel devant la Cour de la Nouvelle-Orléans, porter sa cause en arbitrage devant l'USADA ou tout simplement mettre fin à son combat et accepter les sanctions.

L'USADA est reconnue comme l'agence antidopage officielle par le Congrès pour les sports olympiques aux États-Unis. L'agence insiste sur le fait qu'elle a juridiction selon les règles de l'UCI, celles du comité olympique américain et de l'Agence mondiale antidopage.

L'USADA a accusé Armstrong en juin, quelques mois après la fin de l'enquête d'un grand jury.

L'USADA a également suspendu trois anciens proches de Lance Armstrong : l'ancien médecin espagnol de l'US Postal Luis Garcia del Moral, le préparateur physique italien Michele Ferrari et l'entraîneur espagnol « Pepe » Marti. Ils ont été bannis à vie pour avoir organisé un système de dopage dans l'équipe US Postal, qui était celle de Lance Armstrong.

Ils ne peuvent plus participer à des activités sportives sous l'égide du Code mondial antidopage, qui encadre pratiquement tout le sport de compétition.