Crew 1 - Impact 2 - Au tapis?

MONTRÉAL - On a mis en doute sa volonté, son orgueil, voire sa fierté de défendre son maillot. L'Impact a fait taire ses détracteurs, dimanche, dans une victoire de 2-1 sur le Crew de Columbus.

Un texte de Guillaume Boucher

Le résultat, avant sa valeur sentimentale, en a une statistique. Pour les Montréalais, cette victoire met fin à une série de trois revers, pendant lesquels ils se sont fait laminer 9-1 au pointage agrégé. Et pour la première fois cette saison, ils ont mis trois points en banque dans un match où ils ont accordé le premier but.

Jesse Marsch, qui pèse toujours bien ses mots sur le podium, en a choisi qui avaient de la portée. Ses joueurs aussi.

«C'est peut-être un tournant dans notre saison, a déclaré l'entraîneur-chef, tout souriant. On était acculé au mur, mais on a répondu. On doit continuer à aller de l'avant.»

«C'était un déclic ce soir, a ajouté Patrice Bernier. On a gagné quelques matchs avec des avances confortables. Ce soir, c'était difficile. Et on a montré qu'on était difficile à battre.»

Le réveil

L'Impact (6-11-3) semblait promis à une autre cruelle défaite dans un match où il faisait l'essentiel du spectacle. À la 64e minute, après tant d'occasions ratées, c'était la catastrophe. Devant les yeux des Ultras, Milovan Mirosevic a bondi sur un coup de pied de coin de Nemanja Vukevic, pour une reprise de tête limpide au premier poteau.

En avant 1-0, le Crew (6-6-4) n'avait qu'à gérer les dernières minutes, ce qu'il fait très bien dernièrement. Les émissaires de l'Ohio débarquaient à Montréal avec une des meilleures réputations défensives : trois jeux blancs en cinq matchs et le plus petit total de buts accordés en MLS (15). Mais cette impressionnante feuille de route s'est rapidement envolée au vent.

Les Montréalais n'ont jamais cédé à la panique et pour cause. Le match est toujours resté ouvert et les a récompensés sur le tard. À la 78e minute, Zarek Valentin a jailli au bon moment sur le flanc droit et Sanna Nyassi l'a rapidement trouvé. Le défenseur latéral s'est offert un duel avec Andy Gruenebaum et ne l'a pas raté, avec comme résultat son tout premier but en MLS.

L'Impact revenait à 1-1 avec une contribution que souhaitait justement Marsch en l'absence des milieux Felipe et Davy Arnaud, suspendus pour ce match en raison d'une accumulation (5) de cartons jaunes.

«On a parlé de la contribution des latéraux à la mi-temps, a expliqué Marsch. En étant plus agressives, leurs actions peuvent mener à des tirs plutôt qu'à des centres. C'est exactement ce qui s'est produit.»

La délivrance

Comme les 15 118 spectateurs qui reprenaient vie, l'Impact voulait plus que la nulle. C'est Justin Mapp qui a tout changé à la 88e, quand Chris Birchall l'a fauché dans la surface du Crew. Venait ensuite le cadeau d'un tir de pénalité, que les Montréalais connaissent trop bien pour l'avoir donné six fois à leurs adversaires cette saison.

Patrice Bernier l'a converti à la 89e pour son cinquième but, un sommet chez l'Impact. Mais le Québécois n'en a pas fait grand cas.

«Ça va bien en ce moment, je ne peux pas me plaindre, a dit Bernier. Je travaille fort. Je pousse beaucoup et j'espère pousser un peu les joueurs autour de moi.»

À noter:

  • Sanna Nyassi a reçu un carton jaune à la 44e minute. Comme il s'agit de son cinquième cette saison, l'attaquant ghanéen devra purger une suspension d'un match.