Coupe Rogers - Les médaillées sont arrivées

C'était jour de rentrée médiatique pour la meilleure raquette mondiale Victoria Azarenka à la Coupe Rogers.

La Bélarussienne a gagné Montréal lundi soir après avoir fait le plein de métaux précieux aux Jeux olympiques de Londres. Azarenka a gagné le bronze en simple et l'or en double mixte aux côtés de Max Mirnyi.

Au total, elle a disputé 10 matchs en 8 jours sur le gazon anglais.

« Ça été très exigeant à la fois physiquement et mentalement. Ça valait la peine. Remporter deux médailles olympiques, ça vous redonne de l'énergie », a expliqué la Bélarussienne aux médias montréalais, mardi.

Maria Sharapova, elle, savourait encore sa médaille d'argent en simple.

« Dans la culture russe, les olympiques sont vraiment importants. Je suis très heureuse d'avoir pu remporter une médaille à mes premiers Jeux. »

Les meilleures joueuses de la planète amorcent leur saison sur le dur avec quelques semaines de retard. Difficile la transition de surfaces ? Oui et non.

« On doit simplement ne pas avoir d'attentes aussi élevées, a expliqué Azarenka. Ne pas chercher à tout prix à être parfaite sur le terrain. »

Malgré la fatigue et le décalage horaire, Azarenka n'a pas hésité une minute avant de mettre le cap sur Montréal.

« J'adore l'atmosphère ici et le tournoi est toujours très bien organisé. J'aurais évidemment souhaité qu'il y a plus de temps entre les Jeux et la Coupe Rogers, mais on doit s'ajuster. »

Sharapova, 3e tête de série, n'a pas non plus songé à rater Montréal, mais pour des raisons bien différentes.

« J'avais un billet d'avion pour Montréal et pour nulle part ailleurs. Je n'ai pas eu le choix, j'ai sauté dans l'avion pour le Canada! »

Sharapova ne se cache pas qu'elle préférerait un calendrier moins chargé. Cette saison est, selon elle, encore plus folle que les autres.

« Certaines joueuses adorent jouer beaucoup de matchs, mais personnellement je joue mieux lorsque j'ai les jambes fraîches et l'esprit reposé. »

Serena et les autres

Victoria Azarenka trône présentement au sommet du classement mondial, mais la joueuse à battre présentement sur le circuit de la WTA est Serena Williams.

L'Américaine, classée 4e du monde, a remporté à la fois le tournoi de Wimbledon et la finale olympique.

Samedi, elle a battu Maria Sharapova en deux minuscules manches de 6-0 et 6-1.

« Elle joué un match exceptionnel, a expliqué la Russe. Elle était intouchable sur le terrain tellement elle jouait avec confiance. »

Plusieurs observateurs du tennis croient que Serena Williams est la vraie numéro un mondiale cette année. C'est du moins l'opinion de la légende Martina Navratilova.

Victoria Azarenka, au sommet du classement WTA cette semaine, a poliment décliné de participer au débat.

« Certains évaluent la meilleure joueuse en fonction des tournois majeurs remportés, d'autres en fonction des points. Chaque personne a droit à son opinion. Je ne m'arrête pas à ça, j'essaie d'être la meilleure joueuse tous les jours. Il y a tellement de bonnes joueuses sur le circuit. »

L'Australienne Samantha Stosur, 4e tête de série à Montréal, voue beaucoup de respect aux soeurs Williams, à sa manière.

« Aucune joueuse ne se plaindra de ne pas avoir à les affronter cette semaine, » a-t-elle dit, sourire aux lèvres.

Les spectateurs montréalais, eux, auraient sans doute espéré une visite de Serena et Venus. Mais la chose est tellement rare qu'ils sont sans doute habitués.