Conflit étudiant - Grève étudiante : votes importants mardi

À quelques jours de la rentrée scolaire imposée par la loi 78, les étudiants des cégeps et des universités du Québec ont commencé à se prononcer sur la reconduction de la grève contre la hausse des droits de scolarité.

Les étudiants en service social de l'Université de Montréal (UdeM) se sont d'ailleurs déjà prononcés à majorité lundi soir en faveur de la poursuite de la grève, avec un taux de participation inférieur à 10 %.

La rentrée universitaire, qui devait se faire le 27 août, n'aura donc pas lieu pour ces étudiants. Les membres de l'association étudiante (AÉSSUM) se prononceront de nouveau le 7 septembre prochain.

Au Cégep de Saint-Laurent, un vote a aussi eu lieu lundi. Les étudiants ont adopté une motion qui leur permettra de se prononcer samedi prochain sur la reconduction de la grève.

Un vote semblable a eu lieu mardi au Cégep Marie-Victorin. Ils se réuniront à nouveau le 13 août pour voter sur la reconduction de la grève en tant que telle.

La faculté de sciences humaines (AFESH) de l'Université du Québec à Montréal (UQAM) tenait elle aussi une assemblée générale mardi.

D'ici lundi prochain, sept autres cégeps de Montréal et de la région métropolitaine devront se prononcer sur la reconduction ou non de la grève générale illimitée.

Près de 2000 enseignants de cégeps et d'universités ont de leur côté signé un manifeste pour se montrer solidaires des associations étudiantes. Ils préviennent qu'ils respecteront le vote de grève des étudiants et affirment qu'ils seront des milliers à refuser de forcer le retour en classe.

Du côté des universités, près de 150 associations de 12 institutions universitaires avaient toujours des mandats de grève générale illimitée après l'adoption de la loi 12 (projet de loi 78) en mai dernier, selon la compilation de la CLASSE (Coalition large de l'Association pour une solidarité syndicale étudiante). Depuis, certaines ont dit non à la poursuite de la grève. D'autres l'ont reconduite. Plusieurs autres devraient se prononcer au cours des prochains jours.

Entre détermination et résignation

Les étudiants interrogés à l'entrée du cégep Marie-Victorin se sont en général montrés résignés ou découragés.

« Ça fait six mois que je suis en grève. Je suis fatigué de tout ça. J'ai envie de revenir et de finir mes cours, » a soupiré un étudiant du cégep Marie-Victorin.

Plusieurs voudraient en finir avec la grève, sans toutefois accepter la hausse imposée par le gouvernement libéral.

« Je n'ai rien contre les hausses de frais, mais j'ai définitivement quelque chose contre [le fait] de charger les étudiants pour des problèmes de financement que [les universités] ont déjà. Je ne donnerais pas d'argent à quelqu'un qui n'est pas capable de gérer son loyer, donc je ne donnerais pas de l'argent à un gouvernement qui n'est pas capable de la gérer proprement, » nous a confié un autre étudiant.

Malgré ces divergences, il y a une chose qui semblait faire l'unanimité parmi les commentaires recueillis mardi matin : les étudiants qui prévoient se rendre aux urnes n'ont pas l'intention de voter pour le Parti libéral.

Comme tous les 22 du mois depuis le début du conflit étudiant, la CLASSE convie les étudiants à une grande manifestation le 22 août prochain, soit 9 jours après la date de retour en classe prévue pour le cégep Marie-Victorin.