Conflit étudiant - Manifestations nocturnes : près de 700 arrestations à Montréal et à Québec

Les policiers ont arrêté 518 personnes dans la nuit de mercredi à jeudi à Montréal lors de la 30e manifestation nocturne consécutive, pendant que 176 manifestants étaient appréhendés à Québec en vertu de la loi spéciale.

Les policiers ont procédé à une arrestation de masse à l'angle des rues Sherbrooke et Saint-Denis, où 506 manifestants, dont 30 mineurs, ont été pris en étau par le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) et la Sûreté du Québec.

Ils ont été embarqués un à un à bord de 17 autobus de la Société de transport de Montréal (STM) réquisitionnés pour l'occasion, opération policière qui s'est poursuivie pendant près de trois heures.

Les manifestants montréalais n'ont pas été arrêtés en vertu de la loi 78, mais bien en vertu du règlement municipal d'attroupement illégal, a déclaré le porte-parole du SPVM, Daniel Lacoursière, lors d'un point de presse.

Après avoir été identifiées, les personnes arrêtées devaient être transportées dans un centre opérationnel, recevoir une contravention de 634 $ et être libérées par la suite. Bon nombre d'entre elles ont exprimé leur intention de contester cette amende.

Il y a eu également 12 arrestations isolées, soit quatre pour des actes criminels (une pour entrave, une pour agression armée sur des policiers et deux pour voies de fait sur des policiers) ainsi que huit pour des règlements municipaux (dont une pour avoir porté un masque).

Les étudiants et leurs sympathisants avaient entamé leur 30e marche nocturne d'affilée dans les rues du centre-ville à partir de leur point de rendez-vous habituel, place Émilie-Gamelin, vers 20 h 30.

La manifestation a été déclarée illégale avant même de prendre son envol, puisqu'aucun itinéraire n'avait été fourni au SPVM. Elle était toutefois tolérée à condition qu'aucun geste répréhensible ne soit commis. Le tout s'est déroulé dans le calme et dans une ambiance festive jusqu'aux environs de minuit.

La manifestation arrivée à l'angle de la rue Sherbrooke, les policiers ont voulu bloquer l'accès à la rue Saint-Denis en direction sud, voulant éviter les dérapages survenus le week-end dernier dans ce secteur.

Des pierres et des pièces pyrotechniques ont alors été lancées en direction de policiers de postes de quartier, qui n'étaient pas équipés pour recevoir de tels projectiles, ce qui a « mis en jeu leur intégrité », a expliqué Daniel Lacoursière.

Une intervention policière musclée s'en est suivie. La manifestation s'est ainsi immobilisée sur la rue Saint-Denis, entre Ontario et Sherbrooke, après avoir serpenté pacifiquement sur une dizaine de kilomètres dans les différentes rues de la métropole.

Des avis de dispersion ont été donnés aux manifestants qui se trouvaient aux alentours, tandis qu'ils continuaient de scander des slogans et de faire du bruit avec leurs casseroles en soutien aux 475 personnes arrêtées. Ce secteur de la rue Saint-Denis n'a retrouvé son calme qu'aux petites heures du matin.

La loi 78 appliquée à Québec

Du côté de la Vieille Capitale, une manifestation qui se voulait au départ pacifique s'est elle aussi mal terminée. Le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) a procédé à près de 170 arrestations, cette fois en vertu de la loi 78 adoptée par le gouvernement de Jean Charest.

La manifestation a été déclarée illégale, car les manifestants ont refusé de fournir leur parcours aux policiers. Comme à Montréal, les policiers de Québec les ont fait monter à bord d'autobus du Réseau de transport de la Capitale (RTC), sous les insultes des autres manifestants, mais aussi sous des applaudissements en appui aux personnes arrêtées.

Entre-temps, plusieurs manifestations spontanées se sont déroulées un peu partout au Québec dans un bruyant et joyeux tintamarre de casseroles. Des centaines de personnes ont manifesté leur mécontentement en tapant sur des casseroles, notamment dans Rosemont, Hochelaga-Maisonneuve et dans Le Plateau-Mont-Royal, à Montréal.

Une partie de la marche spontanée des résidents du Plateau-Mont-Royal et des environs a ensuite rejoint la grande manifestation qui avait été entamée à la place Émilie-Gamelin, portant son nombre à des milliers de personnes.

Un joyeux tintamarre

Depuis lundi soir, des résidents de plusieurs quartiers de Montréal dénoncent la loi 78 en frappant sur des casseroles sur le pas de leur maison.

Un groupe sur Facebook invite la population à se munir d'accessoires de cuisine, tous les soirs, à 20 h, et à « taper dessus avec toute la rage » que la loi 78 leur inspire.

Cette idée est notamment inspirée du Chili où ce vacarme programmé est appelé « cacerolazo ». Il a en effet été observé à partir des années 1970 pour dénoncer la dictature d'Augusto Pinochet. Il a ensuite été récupéré dans les dernières années par le mouvement étudiant chilien, qui s'oppose lui aussi à une hausse des droits de scolarité. En espagnol, « cacerola » signifie « casserole » et « azo » veut dire « coup ».

Plus près de nous, les Acadiens font chaque année, le 15 août, leur grand tintamarre. Ce charivari de sons divers et joyeux remonte à 1979. Le tintamarre acadien célèbre la survie d'un peuple que les Britanniques ont tenté de décimer avec la déportation de 1755 à 1762.

Vous pouvez relire notre couverture en direct de cette 30e manifestation nocturne :