Cinéma - Batman : toute bonne chose a une fin

Christopher Nolan met un terme à sa trilogie de Batman de façon spectaculaire et ambitieuse dans L'ascension du chevalier noir, mais le sentiment de frustration que l'on ressent lorsque le générique de fin apparaît à l'écran est inébranlable. Nul doute, on en prendrait plus.

Peut-être que c'était inévitable. Christopher a révolutionné le traitement habituellement réservé aux adaptations de bandes dessinées.

À lire aussi : Batman : Christopher Nolan a composé avec la grossesse de Marion Cotillard

Lorsque Christian Bale a revêtu le costume du justicier masqué pour la première fois en 2005, Christopher Nolan a exploré la complexité de l'homme tout autant que sa capacité à trouver le salut au sein de la société.

Dans ce nouvel exercice, où il porte les chapeaux de réalisateur et de coscénariste, Christopher Nolan insiste beaucoup sur le sentiment de détachement et de morosité qui règne à Gotham, une ville sur le bord de la crise, complètement laissée à elle-même.

Voyez la bande-annonce :

Le second volet de la trilogie Nolan est sorti il y a quatre ans, mais huit années se sont écoulées lorsque l'histoire reprend, dans L'ascension du chevalier noir. Bruce Wayne souffre d'un exil qu'il s'est lui-même imposé, boudant le manoir Wayne, pleurant la mort de sa Rachel chérie et se culpabilisant de la mort du procureur de district Harvey Dent.

Associated Press