C-A Marchand - Alouettes: Calvillo demeure confiant



Anthony Calvillo semble imperturbable. Il demeure toujours confiant en ses moyens, toujours aussi convaincu que lui et l’équipe ont encore tous les atouts pour réussir. N’allez surtout pas lui demander s’il a l’impression de ne plus être au sommet de son art. « Le jour où comme athlète professionnel vous commencez à douter de vous-même, alors c’est fini. » a-t-il déclaré avec du feu dans les yeux à la veille du premier match à domicile des Alouettes. Selon lui, il ‘na lancé que deux mauvaises passes en plus de ses deux interceptions. « J’ai revu sur film deux passes qui ont complètement raté la cible : une destinée à Brandon London et l’autre à Brian Bratton. Avec les interceptions ces quatre jeux là nous ont probablement coûté quatorze points au tableau. »

.


Ajoutez à cela la passe échappée par Jamal Richardson qui aura donné un retour pour un touché et les passes échappées par Éric Deslauriers et Brian Bratton et l’allure du match aurait pu être fort différente. Le porteur de ballon Brandon Whitaker avec seulement onze courses pour quarante-trois verges de gains, n’aura certainement pas lui non plus bien épaulé l’attaque montréalaise. Et au-delà des reproches que l’on pourrait adresser à Calvillo et à l’unité offensive, cela n’excuse en rien le jeu désorganisé de la défensive, surtout en première demie, et le manque de synchronisme des plaqués sur les unités spéciales qui n’ont rien fait pour donner la chance à Trent Guy ou Noel Devine de s’échapper sur un retour de botté.

Le fait demeure que les Alouettes n’ont pas gagné depuis le 16 octobre 2011, ce qui fait jaser dans l’entourage de l’équipe même si Marc Trestman continue, fidèle à son habitude, de refuser de voir les choses ainsi : « En ce qui me concerne on a perdu notre match et c’était le premier de la saison. » . Mais la vérité demeure que les Alouettes ont perdu leurs trois derniers matches de la saison 2011, en plus de celui de la demi-finale de l’Est face aux Tiger Cats en novembre au Stade Olympique. Avec la défaite à Calgary, la série noire des Alouettes est de cinq revers. On ne comptabilise même pas les deux défaites en matches préparatoires qui ne veulent en principe absolument rien dire. C’est tout de même troublant.

Plus troublant encore c’est de constater que lors des quatre derniers matches de saison régulière dans lesquels il fut le partant, Calvillo n’a lancé que deux passes de touché contre cinq interceptions. Pour ces quatre matches, il a été limité à 816 verges de gains, soit une moyenne d’un peu plus de 200 verges par match. « On peut faire dire n’importe quoi aux statistiques » rétorque l’entraîneur-chef Marc Trestman qui rappelle qu’en dépit de la défaite en demi-finale de l’Est, Calvillo avait connu  un grand match.

Les Alouettes, qui présentaient pourtant l’an dernier la meilleure offensive de la LCF, n’ont produit que dix points à Calgary, la pire prestation de la première semaine du calendrier régulier de 2012. Avec seulement 51.6% de passes complétées lors de ce match en Alberta (16 en 31, 174 verges avec deux interceptions et une passe de touché), Calvillo a été l’un des moins performants des quarts partants de la semaine. Seul Buck Pierce, mis chaos tôt dans le match entre les Blue Bombers et les Lions en Colombie-Britannique, a fait pire avec seulement trois passes complétées en neuf tentatives. L’âge commencerait-il à se faire sentir? La suggestion le fait grimacer.

« Je n’ai pas changé. Je ne me sens pas différent. Est-ce que vous trouvez que j’ai changé? » demande-t-il avant de convenir que le résultat était inacceptable. « Ce n’est pas assez bon. Je ne sais quoi d’autre vous dire. » a rétorqué Calvillo a un collègue qui insistait pour obtenir une explication à une telle contre-performance. « Je ne peux pas vous donner une réponse rapide ou vous donner une raison précise. Nous n’avons tout simplement pas joué à notre niveau. Il faut oublier ça et aller de l’avant. Mais je me dois de compléter chacune de mes passes quand mes receveurs sont ouverts. C’est certain que comme groupe de vétérans nous ne devrions pas mettre de choses pareilles sur film. »

Anthony Calvillo aura réécrit le livre des records du football au cours de sa brillante carrière. Mais à l’aube de la quarantaine, le vétéran quart des Alouettes devra une fois de plus faire taire ses détracteurs qui, cette fois, cherchent des signes de défaillance, des statistiques prouvant qu’il est sur le déclin. Une solide performance face aux Blue Bombers de Winnipeg serait, à cet égard, plus que bienvenue.

Le problème c’est Winnipeg présente l’une des meilleures défensives de la ligue et possiblement la tertiaire la plus coriace du football canadien. Ce n’est pas gagné d’avance…