C-A Marchand: Attachez vos casques!










Le congrès de la Ligue Canadienne de Football prend fin sans avoir provoqué beaucoup de vagues sur la scène médiatique et c’est comme ça chaque année. Il n’aura pas été vain pour autant, loin de là.

Les dirigeants d’équipe, les responsables de l’arbitrage et l’intelligentsia du circuit Cohon ont renoué dans une ambiance détendue et sympathique comme on en voit rarement dans l’univers du sport professionnel. On y aura discuté d’une foule de sujets: de la vente de billets, de l’impact des médias sociaux, des stratégies de marketing, mais aussi des règlements.

Les médias en feront probablement peu de cas, surtout au Québec où l’autopsie du Canadien prendra toute la place pour encore quelques mois, mais j’ai envie d’attirer votre attention sur les travaux du comité des règlements qui, à mes yeux, s’est attaqué à un problème devenu aigu.

REUTERS/Danny Moloshok


Le port du casque

Je sais, je sais, le port du casque au football est obligatoire.
 
Mais encore faut-il le porter pour qu’il serve à quelque chose, non?

***
       
Le comité des règlements recommandera trois modifications dont deux qui me semblent particulièrement importantes dans la prévention non seulement des commotions cérébrales chez les joueurs de la LCF, mais aussi à travers tout le football mineur.

Un casque protecteur a beau être une pièce d’équipement obligatoire, pour être efficace, il faut savoir l’attacher.

C’est aussi simple que ça.

Et pourtant… Ça ne semble pas évident pour beaucoup trop de joueurs de football en Amérique.

Trop souvent au cours des récentes saisons nous avons tous vu des joueurs, tant dans la NFL, la NCAA, la LCF qu’au football universitaire québécois, « perdre » leur casque dans le feu de l’action. Le football scolaire et collégial ne fait pas exception face à cette inquiétante tendance.

Toutes les excuses semblent devenues bonnes pour ne pas attacher son casque convenablement, et ce malgré toutes les campagnes de prévention visant à enrayer les commotions cérébrales dans un des sports de contacts les plus violents.
       
À moins que l’on me prouve que c’est la faute des manufacturiers, ce dont vous me permettrez de douter, c’est un signe que trop de joueurs âgés de 10 et 40 ans ne savent pas ou ne veulent pas attacher leur casque protecteur comme il le faut.

Il était plus que temps que l’on s’attaque au problème.
       
Si les gouverneurs entérinent ces modifications aux règlements, les joueurs de la LCF devront, sous peine de pénaliser leur équipe, être mieux protégés.
       
Ainsi, en principe, dès la saison 2012, le jeu sera arrêté lorsqu’un joueur en possession du ballon perdra son casque. De plus, si un joueur qui n’a pas possession du ballon devait perdre son casque, il ne deviendra inéligible et ne pourra plus participer au jeu. S’il le fait, il sera puni pour participation illégale et cela entraînera une pénalité de 10 verges. Qui plus est, un joueur qui plaquera un adversaire qui a perdu son casque verra son équipe punie de 15 verges pour rudesse excessive.
       
Le message est clair: attachez vos casques!

J’applaudis ces recommandations et je ne comprendrais pas les gouverneurs de ne pas les endosser.
       
J’espère maintenant que les instances du football scolaire, collégial et universitaire québécois emboiteront le pas.

Les jeunes imitent les pros, c’est connu. Les beaux grands discours sur les commotions cérébrales ne suffisent pas.
       
Un casque protecteur qui n’est pas bien attaché ne sert à rien.


***

En marge de ce congrès, vous me permettrez de féliciter la ligue pour ses louables efforts de francisation. La présence de mon bon ami Olivier Poulain, ancien responsable des communications chez les Alouettes qui a joint l’équipe de Jamie Dykstra pour un rôle similaire au sein de la LCF, n’y est pas étrangère. Lors du match de la Coupe Grey, une mallette d’ordinateur aux couleurs de la ligue fut remise à chaque membre des médias, mais pour la première fois, de mémoire, il en existait une version aux couleurs de la CFL et une autre, en français, aux couleurs de la LCF.
        
Croyez-moi, ce n’est pas banal.
        
Mercredi soir, alors que débutait le congrès, le comité organisateur de la Coupe Grey 2012 qui aura lieu ici même à Toronto, recevait les gens de la LCF. Les oriflammes étaient bilingues de même que les slogans. Il en était de même pour les ballons de football miniatures remis aux invités.
        
On a souvent critiqué cette ligue pour son unilinguisme, je me permets donc d’applaudir ce virage même si l'on aurait espéré qu'il survienne bien avant que la ligue soit sur le point de devenir centenaire.
       
Il n’est jamais trop tard pour bien faire…