Quebec sports

L’école plutôt que les Jeux olympiques!

Plusieurs athlètes de haut calibre sacrifient leurs études pendant quelques années afin de s'offrir davantage de temps d'entraînement et de préparation en vue d'une participation aux Jeux olympiques. Ce n'est pas pourtant pas le cas de tous, et surtout pas d'Ashleigh Johnson!

Ashleigh Johnson — Source: Orlando Sentinel

Malgré qu'Ashleigh Johnson, âgée de 17 ans, soit à peine sortie de l'adolescence; elle est parmi les meilleures gardiennes de but des États-Unis en water-polo, tous niveaux confondus. Ses prouesses lui ont d'ailleurs ouvert plusieurs portes très intéressantes pour son futur. Tout d'abord, l'équipe nationale de water-polo, qui tient ses activités et surtout ses préparations olympiques en Californie, aurait bien aimé l'attirer là-bas en vue des Jeux de Rio de Janeiro en 2016. D'un autre côté, on lui offrait une bourse d'études à la prestigieuse Université Princeton, pour qu'elle puisse réaliser son autre rêve, celui de devenir médecin spécialiste tout en jouant au water-polo dans l'équipe de l'Université qui évolue dans la NCAA.

En choisissant l'équipe nationale, Ashleigh s'assurait pratiquement d'une participation automatique à l'olympiade de Rio, mais devait mettre ses études sur la glace. Plusieurs d'entre nous auraient sauté sur l'occasion de pousser nos aptitudes sportives au maximum, pour vivre notre rêve à fond. Johnson, elle, voit les choses différemment. Mais n'allez pas croire qu'elle laisse tomber son rêve olympique pour autant...

Elle a décidé d'accepter la bourse de Princeton et va se concentrer à préparer son avenir en tant que médecin. Elle adore le water-polo, mais ne souhaite pas que toute sa vie tourne autour de ce sport. Pour elle, les études en médecine seront son défi le plus important et l'élément qui tracera la voie vers sa carrière. Cependant, elle jouera au water-polo à l'université en portant les couleurs des Tigers de Princeton. Cette saison, l'équipe a connu certains ratés en terminant 6e au classement de la NCAA. Les prouesses de la gardienne de but pourraient toutefois ramener le club vers un rendement beaucoup plus intéressant. De plus, Ashleigh est convaincue que si elle continue de travailler fort lors des entraînements et d'améliorer sa condition physique, elle aura la chance de représenter son pays à Rio en 2016.

Projet ambitieux, diront certains, mais elle ne se trompe peut-être pas. En ayant représenté les États-Unis avec l'équipe nationale junior, Johnson, qui mesure maintenant 1 mètre 83 (6"1' pieds), a fait écarquiller bien des yeux lors de ses compétitions. Elle est dotée d'une grande force et d'une souplesse prodigieuse selon les entraîneurs qui l'ont côtoyé et ses derniers ne seraient pas surpris qu'elle parvienne à exploiter tout son potentiel dans les rangs universitaires, même s'ils conviennent que le tout aurait été plus simple avec l'équipe nationale.

Peu importe le résultat final, Ashleigh Johnson est un exemple à suivre. Elle aurait pu choisir la route la plus facile vers les Olympiques, mais elle a plutôt choisi d'y ajouter du piquant et surtout, un diplôme hautement reconnu. Reste maintenant à voir si l'état major du water-polo aux États-Unis continuera de miser sur elle; maintenant qu'elle a refusé de rejoindre la Californie.