Sportivement Incorrect

M. Villeneuve: le roi Brodeur a semé le doute dans l’esprit des Kings!

Cette semaine, que je qualifierais de semaine reine du sport 2012, n'a peut-être pas connu le dénouement espéré, mais elle nous a fait vivre des émotions comme seul le sport est capable de nous en procurer. Réflexions sur un coït inachevé!

Martin Brodeur (Getty Images)

Les courses à chevaux ne sont plus ce qu'elles étaient, mais le Belmont Stakes avait
l'occasion de voler la vedette à un match décisif des séries de la coupe Stanley ou des éliminatoires de la NBA, de faire oublier les critiques au sujet de la défaite de Manny Pacquiao, de faire oublier qu'on couronnait les champions à Roland-Garros, que le GP de Formule 1 du Canada à Montréal connaîtrait un vif succès malgré les menaces qui plainaient sur l'évènement , que l'Euro 2012 mettrait déjà des favoris sur la corde raide.

Le retrait de "I'll Another", blessé à une jambe, a gâché le party. Les chances de voir un premier cheval remporter la Triple Couronne pour la première fois depuis Affirmed en 1978 se sont évanouies en même temps que l'intérêt pour la course de samedi pourtant spectaculaire de Union Rags. L'industrie des courses à chevaux avait besoin d'un nouveau Secretariat pour relancer les affaires, mais le rendez-vous est raté. Qui sait quand cette occasion unique de réécrire l'histoire se présentera à nouveau.

***

J'étais l'un de ceux qui se demandaient ce que Timothy Bradley faisait dans le même ring que Manny Pacquiao samedi soir à Las Vegas. La réponse m'a explosé au visage en fin de soirée. Il a infligé une première défaite depuis mars 2005 à celui qui était considéré jusque-là comme le meilleur boxeur livre pour livre de la planète. Peu importe les commentaires, Bradley a dominé les premières rondes, Pacquio a eu l'avantage en milieu de combat et Bradley a gagné les 3 derniers rounds, là où les combats de championnats du monde se décident. Surpris par le résultat, l'idole du peuple philippin s'est bien gardé de crier au vol, se gardant une petite gêne en souvenir de ses dernières sorties plutôt douteuses. Le prisonnier matricule 1363917 de la prison du comté de Clark à Las Vegas n'avait pas accès à la télévision ou à internet pour assister au combat, mais il a dormi comme un bébé et Pacquiao ne réussira pas à troubler son sommeil au cours des 2 prochains mois avant qu'il ne redevienne un homme libre : non, Pacquiao n'est pas de taille pour Floyd Mayweather Jr!

***

À LIRE | Miami en finale

C'est dans les grandes occasions que les grands athlètes font la différence. Saluons LeBron James, qui a permis au Heat de Miami de surmonter un déficit de 2-3 en demi-finale contre les Celtics de Boston et de remporter la série dans la 7e et décisive rencontre. Impérial dans le 6e match, LeBron a retrouvé ses 2 compagnons du Big Three, Dwayne Wade et Chris Bosh dans le 7e match et le terrifiant trio a marqué les 28 points que le Heat avait besoin au dernier quart pour obtenir une 2e chance en autant d'années de remporter le championnat de la NBA. Mais je crains que le Thunder d'Oklahoma City soit supérieur à l'équipe la plus détestée du basket américain.

***

Au moment où j'écris ces lignes, Rafael Nadal et Novak Djokovic reviennent sur le central de Roland-Garros pour terminer ce qui a été commencé hier et interrompu après 3 heures de jeu et 2 interruptions à cause de la pluie. Une première depuis 1973. L'enjeu était énorme : le Serbe tente de compléter un grand chelem échelonné sur 2 saisons, alors que l'Espagnol tente de détrôner le grand Bjorn Borg, gagnant de l'open français à 6 occasions. La pluie a stoppé la remontée du Djoker, malmené au cours des 2 premières manches par Rafa, mais fidèle à sa réputation, il s'est accroché et a finalement pris les commandes de la rencontre. Nadal s'est finalement sauvé avec la victoire!

À LIRE | Nadal  brille après la pluie

***

À LIRE | Croatie, Espagne, France: 3 équipes séduisantes pour 2 places

L'Euro 2012 est rempli de promesses et et les 3 premières journées du championnat européen de football ont tenu parole. Les Danois ont causé la première grande surprise du tournoi en battant les Pays-Bas et les Néerlandais au nombre des grands favoris sont menacés d'écoper au premier tour dans le groupe de la Mort. Les Russes ont causé une forte impression, les Espagnols et les Italiens nous ont laissés sur notre appétit. Cet après-midi, du bonbon alors que nos cousins anglais et français se livreront bataille sur la pelouse du stade de Donetsk dans un match qui s'annonce déjà sans lendemain…

***

À LIRE | Lewis Hamilton remporte le GP du Canada

Les étudiants et leurs supporteurs anarchistes n'ont pas réussi à gâcher la fête de la Formule 1 sur le circuit Gilles-Villeneuve de l'île Notre-Dame. Le Grand Prix du Canada a couronné un 7e gagnant en autant de courses, du jamais vu, et la victoire de Lewis Hamilton, le nouveau roi de l'épreuve canadienne, a été arrachée avec panache. Au volant d'une voiture parfaitement réglée, Hamilton a effectué une remontée spectaculaire pour remporter sa 3e victoire en sol canadien et sa première de la saison. Une course qui a permis au Français Romain Grosjean sur Lotus-Renault et au Mexicain Sergio Ferez sur Sauber-Ferrari de monter sur le podium. Mais où étaient les stratèges de Red Bull et Ferrari qui ont géré la course d'une curieuse façon et ils sont les seuls à blâmer pour avoir échappé des points importants aux classements des pilotes et des constructeurs? Mais la véritable vedette de la fin de semaine a été Jacques Villeneuve. Je n'ai pas toujours été d'accord avec Jacques, mais cette fois, CHAPEAU COUSIN. En plein dans les dents. Il a eu le courage de ses opinions et s'est tenu debout devant les menaces ce qui n'est pas le cas de plusieurs personnalités du domaine public ou artistique qui profitent de l'occasion pour se faire du capital sauf qu'un jour, ça leur retombera en plein sur le nez!

***
À LIRE | King - Devils : un premier vrai défi?

Je me sentais bien seul dans mon coin lorsque les Kings ont pris les devants 3-0 en finale de la coupe Stanley, mais je me suis accroché au message rassembleur de Martin Brodeur, qui a rallié ses coéquipiers et voilà le doute installé dans la tête des rois de la Californie. Quant à retourner au New Jersey après le 6e match, autant y retourner pour y disputer une 7e et décisive rencontre et causer le plus grand revirement de l'histoire des séries de la coupe Stanley. Ce serait incroyable de voir Martin mettre un terme à sa carrière en pleine gloire...

J'ai déjà fait part de mes impressions sur la nomination de Michel Therrien au poste d'entraîneur-chef du Canadien, mais j'étais loin de m'attendre à ce que la recherche de ses adjoints suscite autant d'intérêt. Il n'y a aucun autre marché de hockey au monde qui se passionne pour l'embauche d'entraîneurs adjoints. Que Hockeytown aille se rhabiller, elle n'arrive pas à la cheville de La Mecque du hockey; Montréal. Je suis certain que Therrien s'est découvert un paquet de nouveaux amis au cours de la dernière semaine, car la perspective de rejoindre une organisation aussi prestigieuse que le Tricolore fait saliver tous ceux qui rêvent de connaître un second départ ou de faire leurs premiers pas dans la ligue nationale.

Heureusement que le sport est là pour nous faire oublier les détresses de notre vie québécoise.

À la semaine prochaine!