M. Villeneuve: 4 ans plus tard, ils dominent encore

Usain Bolt et Michael Phelps ont survolé les Jeux Olympiques de Pékin en 2008 et on doutait de leurs capacités à répéter leurs exploits sur le sol londonien quatre ans plus tard.

Getty Images

Les sceptiques sont confondus, officiellement du moins, dans le cas de Phelps, qui a conclu son parcours olympique de brillante façon avec une médaille d'or lors au relais 4 x 100 mètres quatre nages disputé samedi. Quatre médailles d'or et deux autres d'argent pour le nageur de Baltimore qui a laissé son dauphin Ryan Lochte dans son sillage. Allo le face-à-face tant attendu entre les deux têtes d'affiche américaines!

Je ne suis pas le seul à proclamer Phelps comme l'un des plus grands olympiens de l'histoire, sinon le plus grand, avec un tel palmarès : 22 médailles dont 18 d'or récoltées en trois participations aux Jeux soient à Sydney, Pékin et Londres. Phelps se retire avec deux fois plus de médailles que son plus proche rival chez les couronnés olympiques. J'espère qu'il ne reviendra pas sur sa décision pour tenter un retour à Rio en 2016. Qu'a-t-il de plus à prouver? Rien! Son compte de banque est bien garni et une légende est condamnée au succès.

Comme tous les records sont faits pour être battus, vous vous demandez sûrement qui pourraient accumuler 23 médailles ou plus lors de sa carrière olympique? À coup sûr un nageur, plutôt une nageuse. Pas besoin de regarder très loin. La jeune compatriote de Phelps, Missy Franklin, 17 ans, a mis la main sur cinq médailles dont quatre d'or à ses débuts olympiques. Oui, Michael Phelps a transmis le flambeau d'or olympique à Missy Franklin; reste à savoir maintenant jusqu'où elle pourra le porter…

Si j'ai placé un bémol dans le cas de Bolt, c'est qu'il a encore le 200 m et le relais 4 x 100 mètres à disputer pour étendre sa domination sur deux olympiades, mais tout comme Phelps, il n'a fait qu'une bouchée de son dauphin et compatriote Yohan Blake en finale du 100 mètres dimanche soir. Même s'il n'a pas été aussi dominant que lors de la finale chinoise alors qu'il trottinait sur les 20 derniers mètres, Bolt a établi une nouvelle marque olympique avec son 9,63, rejoignant du même coup l'américain Carl Lewis qui était jusque là, le seul sprinter à gagner deux médailles d'or consécutives sur la distance. L'exploit de Bolt est d'autant plus remarquable puisque le 100 m des Jeux de Londres affichait la meilleure brochette de coureurs de tous les temps et si son compatriote de porcelaine, Asafa Powell, n'avaient pas été victime d'une crampe, tous auraient couru sous les 10 secondes, DU JAMAIS VU dans l'histoire.

Contrairement à Phelps, Bolt ne parle pas de retraite. Âgé seulement de 26 ans, un an plus jeune que Phelps, le Jamaïcain sera sans doute de retour dans quatre ans à Rio de Janeiro et ses challengers n'ont qu'à bien se tenir. "L'extra-terrestre" n'est pas du genre à se tuer à l'ouvrage entre deux Jeux. Il tiendra la forme jusqu'à la sonnerie du réveil-matin olympique, car il n'y a qu'un seul USAIN BOLT, capable de réussir l'impensable…

Encore une fois hier soir, le 100 mètres masculin a prouvé qu'il était l'évènement sportif numéro UN sur la planète. Moins de 10 secondes de pur bonheur où la terre entière retient son souffle. Je ne veux pas minimiser le sport féminin, mais est-ce que quelqu'un peut me nommer la gagnante du 100 mètres chez les dames sans consulter ses notes?

RÉFLEXIONS OLYMPIQUES…

- Chapeau aux sportifs britanniques qui appuient sans réserve leurs athlètes aux Jeux de Londres. La prime aux athlètes du pays-hôte se manifeste une fois de plus, les Anglais occupant le 3e rang au tableau des médailles avec 37, dont 16 d'or. Mohammed Farah a tout simplement été transporté par la foule réunie au stade olympique pour gagner le 10 000 mètres. Même chose pour Greg Rutherford au saut en longueur. Wimbledon s'est donné des allures d'Old Trafford lors de la victoire d'Andy Murray sur Roger Federer dimanche. Le vélodrome olympique ressemblait à un cirque lorsque les athlètes défendant les couleurs de l'Union Jack ont gagné en vitesse par équipe chez les hommes et poursuite par équipe tant chez les hommes que chez les femmes, puis au keirin avec Victoria Pendleton sur la première marche du podium. Nous avons fait et nous avons vécu exactement la même frénésie lors des Jeux d'hiver de Vancouver en 2010.

- Est-ce que la délégation canadienne tiendra promesse et se faufilera parmi les 12 meilleures au tableau des médailles? Pour l'instant, le Canada est 25e avec 10 médailles, dont une seule d'or, celle de Rosannagh MacLennan au trampoline. On est déjà en avance sur la récolte de Pékin et d'Athènes, mais il manque encore une douzaine de médailles pour atteindre le chiffre magique de 22. Karine Sergerie en taekwondo, Martine DuGrenier en lutte, nos artistes en nage synchro et le kayakiste Hugues Fournel sont les québécois qui devraient contribuer aux efforts de la dernière semaine.

- Rien à redire sur la couverture olympique de RDS. Les analystes sont excellents, à quelques exceptions. On se rend compte de la plus-value d'une analyse en direct sur les sites de compétitions par rapport à celles réalisées à partir des studios du télédiffuseur. Une critique cependant, la tonne de documentation amassée par de chevronnés recherchistes ne parvient pas à me convaincre des connaissances générales des animateurs et descripteurs. Il y a un monde de différence entre la passion pour ces sports et le prêt à porter, mais dans l'ensemble, je ne suis pas convaincu que la SRC fera mieux lors des prochains Jeux de Sotchi et de Rio.

Les plus populaires

Olympiques; olympiades; les anneaux olympiques; Plus vite, plus haut, plus fort; Citius, Altius, Fortius ainsi que les marques et mascottes afférentes sont la propriété du Comité international olympique, du Comité organisateur des Jeux olympiques et paralympiques de Sotchi ou d’organisations qui leur sont apparentées. Aucune de ces entités n’est liée au présent site ni ne l’a approuvé.