Le seul sport olympique où les hommes sont interdits…

Oui, les hommes sont bel et bien victimes de discrimination aux Jeux olympiques. Tant mieux diront les ultra féministes, mais il existe encore une discipline où les hommes sont interdits. Vous avez trouvé? Vous cherchez encore?

Il s'agit de la nage synchronisée.

Getty Images

On n'y pense pas souvent, mais la compétition de nage synchronisée a toujours été destinée aux femmes. Les concepts archaïques voulant que certains sports soient réservés soit aux hommes ou aux femmes exclusivement sont-ils vraiment révolus?

Pour la première fois de l'histoire, les femmes participeront aux 26 sports présentés aux Jeux, incluant la boxe. Une révolution égalitaire d'une importance capitale pour les aspirations sportives de millions de jeunes filles à travers le monde. Même le tennis mixte refait son entrée aux Jeux. Pour les amateurs, c'est la consécration de l'universalité du sport.

Mais est-ce qu'on devrait présenter un côté masculin à la nage synchronisée? La question se pose. Pendant des décennies, les garçons étaient stigmatisés en gymnastique ou en patinage artistique. Certains jugeaient que la féminité de ces sports les rendait indigne pour les hommes. Mais nous n'en sommes plus là. La preuve, regardez la musculature des gymnastes. Ces derniers sont sculptés dans le granit et peuvent faire rêver tous les amateurs de conditionnement physique. Qui, outre un athlète exceptionnel, pourrait arriver à se suspendre à des anneaux en l'air et y effectuer vrilles et multiples figures? La complexité de la nage synchronisée pourrait être certainement adaptée pour les hommes. Imaginez ce que la force physique masculine pourrait offrir comme prouesse en équipe dans l'eau. Bref, la question n'est pas de savoir s'il y aurait des adeptes, car depuis 10 ans, certaines organisations offrent des possibilités aux hommes d'évoluer en nage synchronisée. En 2008, le jeune Américain Kenyon Smith, alors âgé de 18 ans, avait tenté en vain de participer aux Jeux de Pékin. Le temps passe et les moeurs évoluent. Pour Kenyon et pour bien d'autres adeptes, il est probablement temps que ce sport soit disponible pour tous.

D'ici là, on peut au moins se réjouir que l'égalité entre les hommes et les femmes gagne encore un peu plus de terrain, même s'il y a beaucoup de chemin à faire, nous répèteront certain.

Olympiques; olympiades; les anneaux olympiques; Plus vite, plus haut, plus fort; Citius, Altius, Fortius ainsi que les marques et mascottes afférentes sont la propriété du Comité international olympique, du Comité organisateur des Jeux olympiques et paralympiques de Sotchi ou d’organisations qui leur sont apparentées. Aucune de ces entités n’est liée au présent site ni ne l’a approuvé.