L’aviron et ses effets collatéraux

Getty Images


Les athlètes olympiques apprennent à vivre avec les sacrifices quotidiens pour poursuivre leur rêve, mais très peu d'entre eux doivent faire face à un niveau de souffrance qui égale celui qu'endurent les rameurs à l'aviron.

L'ex-athlète olympique anglais Matthew Pinsent, qui a pris sa retraite de l'aviron après avoir remporté sa quatrième médaille d'or à Athènes en 2004, a récemment révélé qu'il n'est pas rare que les sens des rameurs leur fassent défaut lors d'une compétition. L'ouïe et la vision peuvent diminuer à cause des effets reliés à l'effort physique résultant d'une torture mentale.

Les rameurs doivent souvent concourir sur une distance de 2000 mètres à fond de train puisque la course est un sprint d'environ 6 minutes sans phase de repos. La douleur des rameurs est tellement intense que parfois, la seule manière de voir cette douleur s'estomper est d'arrêter… Mais c'est impossible!

Alors, le corps compense pour toute cette douleur causée par l'accumulation excessive d'acide lactique dans les muscles en concentrant ses énergies dans des endroits particuliers, laissant de côté les autres capacités sensitives. Il n'est pas rare non plus de voir des athlètes être pris de vomissements à la fin des courses. Certains athlètes vont même jusqu'à subir certaines pertes de mémoire.

Voir des rameurs en aviron être en mesure d'augmenter la cadence en fin de course est donc d'autant plus remarquable compte tenu des souffrances qu'ils encourent. Et cette souffrance n'a pas de sexe. Elle est aussi terrible chez les femmes que chez les hommes. C'est confronté à cette souffrance que la force mentale des athlètes et leur endurance sont mises à rude épreuve. Ces révélations de Pinsent relèvent d'un cran supplémentaire l'admiration envers le 8 de pointes masculin et féminin du Canada qui ont tous deux remporté une médaille d'argent à Londres.

Les plus populaires

Olympiques; olympiades; les anneaux olympiques; Plus vite, plus haut, plus fort; Citius, Altius, Fortius ainsi que les marques et mascottes afférentes sont la propriété du Comité international olympique, du Comité organisateur des Jeux olympiques et paralympiques de Sotchi ou d’organisations qui leur sont apparentées. Aucune de ces entités n’est liée au présent site ni ne l’a approuvé.